5 choses à savoir sur la ville de Lyon


Accueil > Voyages, vacances et tourisme

5 choses à savoir sur la ville de Lyon

Arnaud Narivelo - le 7 décembre 2017 - 0 commentaires

Les Bouchons Lyonnais, la basilique de Fourvière, les Frères Lumière ou les Nuits Sonores : autant d’aspects réputés de Lyon. Pourtant, il y a certains secrets que la cité rhodanienne renferme précieusement et dont même certains lyonnais n’ont pas connaissance. Voici 5 choses insolites à savoir sur la ville de Lyon !

Nostradamus a souvent mentionné Lyon dans ses célèbres prophéties

De son vivant, Michel de Nostre-Dame alias Nostradamus fit plusieurs voyages à Lyon. Que ce soit pour faire imprimer des manuscrits ou rencontrer Catherine de Médicis, il y séjourna plusieurs fois, ne manquant pas de mentionner la « Capitale des Gaules » dans plusieurs prédictions notamment :

  • Le passage de Richelieu à Lyon en 1642
  • La décapitation de 2 conspirateurs sur la place des Terreaux : Thouc et cinq-mars, son ami

Ces deux prédictions eurent vraiment lieu. Nostradamus avait également annoncé le décès de Jean Paul II à Lyon. Ainsi, lorsqu’en 1986, Jean Paul II passe par la cité rhodanienne, la sécurité est renforcée, juste assez pour faire mentir la prédiction.

La place Bellecour a déjà été un parking pour extraterrestres

En 832, quatre lyonnais sont aperçus en train de sortir d’un vaisseau volant là où l’actuelle place Bellecour se trouve. Les rescapés, une fois remis de leurs émotions, expliquent qu’ils ont été enlevés puis ont voyagé vers une autre planète avec à la fois des paysages de glace et des paysages désertiques. Accusés de sorcellerie, ils ne purent pas échapper au bûcher après intervention de l’Evêque de Lyon.

Le 12 octobre 1621, 8 siècles après, on vit apparaître dans le ciel nocturne un château arrondi en mouvement, lançant des éclairs. C’est en partie pourquoi, en 2015, les Raéliens proposèrent d’installer la 1ère ambassade extraterrestre sur la Place Bellecour.

Un Lyonnais a inventé le sens interdit, le passage piéton et la Brigade criminelle

Tout part d’un lyonnais : Louis Lépine. L’homme grandit et étudie le droit à Lyon en vue de devenir avocat. Finalement, il se tourne vers une carrière dans l’administration. Il est nommé Préfet de Police de la Seine en 1893.

C’est alors qu’il développe les premiers panneaux de signalisation et les passages piétons, avec le souhait de mieux gérer la circulation en ville, croissante à l’époque. En parallèle, il apporte des moyens aux forces de police (sifflets, vélos dits Hirondelle », bâtons…) et crée la toute première Brigade criminelle en 1912.

Pour l’anecdote, le concours Lépine, tiré de son nom est organisé en 1901 par Louis Lépine afin d’encourager les fabricants de jouets à donner de la visibilité à leurs inventions… bien loin des ustensiles à légumes et objets du quotidien qui s’y exposent aujourd’hui.

On y trouve un jardin en coquillages

Pourtant située à plusieurs centaines de kilomètres de la Mer Méditerranée ou de l’Océan Atlantique, la ville de Lyon renferme un jardin composé de coquillages et de pierres amassées au fil des années. Si vous séjournez dans un hôtel du centre de Lyon, vous n’aurez qu’à gravir la colline de la Croix-Rousse et vous rendre au 87 grande rue de la Croix-Rousse.

Là, un jardin secret de 360m2 se niche, à l’abri des regards indiscrets. Ce lieu est l’œuvre de Jules Mir qui crée ce jardin de toutes pièces de 1952 à 1983. Aujourd’hui, on l’appelle « Jardin Rosa Mir », du nom de sa maman. Selon la légende, le jardin extraordinaire guérirait miraculeusement du cancer de la gorge. Si vous êtes de passage durant le weekend, sachez que les visites se tiennent uniquement le samedi après-midi entre le 1er avril et le 31 octobre.

La lettre Y de Lyon aurait une symbolique religieuse

Les ethnologues considérés comme les plus « illuminés » prétendent que les 3 branches composant le Y de Lyon symbolisent la trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

D’autres lui préféreraient la référence au chromosome masculin et à la Vierge Marie, en tant que protectrice de la cité rhodanienne. Si vous êtes pragmatique et avez une vision davantage géographique des choses, vous y verrez plutôt le tracé du Rhône et de la Saône longeant la Presqu’île lyonnaise jusqu’à la Confluence.







Vous avez aimé cet article, recommandez-le à votre réseau :



about the author

Laisser un commentaire