Agriculture : ne pas tomber pas dans le trou immunitaire

Par le 12 avril 2018
vache

La litière est la première source de charge et de perte pour l’élevage des ruminants. Celle-ci peut être la source de diarrhées environnementales, d’infections respiratoires, de gros nombrils ou encore d’arthrites. Une bonne gestion de la qualité sanitaire de la litière est indispensable pour la rentabilité de l’élevage.

En bâtiment, les périodes de mise bas sont des périodes critiques où l’hygiène de la litière va conditionner la performance de l’élevage et l’occurrence plus ou moins importante de diarrhées néonatales. Pour pouvoir faire face à ces diarrhées néonatales qui peuvent toucher le nouveau-né dès sa naissance, un équilibre délicat est à trouver, avec d’un côté l’immunité du veau qui doit être optimisée et de l’autre la pression microbienne qui doit être limitée. Cet équilibre est fragile et peut rapidement dévier ce qui déclenchera la maladie.

Le statut immunitaire du nouveau-né dépend essentiellement de l’ingestion du colostrum. La qualité et la quantité de celui-ci va être conditionnée par la préparation de la mère en fin de gestation avec l’apport de minéraux, oligo-éléments et vitamines.

Cependant le veau le plus vigoureux du monde, s’il est placé dans de mauvaises conditions donc confronté à une pression microbienne très importante ne pourra pas lutter, malgré ses bonnes défenses qui seront vite dépassées. Il n’aura aucune chance face à une abondance des germes pathogènes dans son environnement.

C’est pourquoi la gestion sanitaire de la litière dans le box de vêlage et les cases à veaux est primordiale.

colostrum et environnement

Ce graphique illustre le niveau de protection immunitaire d’un veau au cours des premières semaines de vie. L’immunité nécessaire pour contenir la pression microbienne normale pour un veau est matérialisée par la ligne jaune. La seule immunité des premiers jours de vie est apportée par le colostrum (en bleu), protection qui va décroissante dès 4 ou 5 jours. L’immunité propre du veau croît doucement après la naissance (en vert) mais ne peut réellement pallier la protection colostrale qu’après la deuxième semaine de vie. Entre 7 et 11-12 jours de vie, période plus à risque pour le jeune veau, c’est le « trou immunitaire ». Il ne faut donc surtout pas relâcher la pression sur l’hygiène environnementale du veau sous prétexte qu’il est un peu plus grand.

On pourrait penser qu’un paillage abondant est suffisant, cette pratique peut provoquer l’inverse du résultat escompté en emprisonnent de l’air dans la litière ce qui va rendre le milieu favorable au développement des bactéries pathogènes. La paille étant elle-même naturellement contaminée en coliforme et colibacilles.

L’utilisation d’un asséchant litière est la meilleure alternative pour gérer la pression environnementale lors des premiers jours de vie du nouveau-né.

Il est cependant important d’utiliser un asséchant litière aux propriétés adaptés à ces problématiques. La société TIMAC AGRO propose l’Actisan R qui de par sa composition assure une gestion sanitaire optimale de la litière.

Actisan R l’asséchant assainissant litière 4 en 1

  • Effet Asséchant : l’Actisan R absorbe 300 % de son poids en eau. Plus qu’une simple absorption, l’Actisan R casse chimiquement la molécule d’eau. Celle-ci n’étant de fait plus disponible pour la survie des bactéries pathogènes. Le milieu étant sec, propre et sain.
  • Effet Assainissant : La substance qui procure à l’Actisan R son effet assainissant est l’acide salicylique. Molécule utilisée pour la désinfection dans les hôpitaux, l’hygiène de la mamelle ou encore dans les cosmétiques. La baisse de pH autour de 5.5 inhibe le développement des bactéries pathogènes tout en permettant le développement de la flore lactique. Ceci étant différent des asséchants litières à base de chaux qui vont blanchir le milieu par une montée de pH. Lorsque le pH va redescendre les premières bactéries à se réveiller seront les pathogènes.
  • Capteur d’ammoniac : les jeunes animaux restant en permanence sur la litière, ils sont très sensibles aux dégagements d’ammoniac. Les ions ioniques présent dans l’Actisan R vont capter l’ammoniac et rendre le milieu plus sein pour les animaux.
  • Répulsif à insecte : les insectes sont responsables de stress pour les animaux, ils peuvent également être vecteurs de maladies.

développement des bactéries en fonction du pH

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *