Le business plan, un document indispensable pour la création d’entreprise

Par Yasmine Lacroix le 29 mars 2018

La création d’une entreprise n’est pas chose aisée. En effet, cela ne s’improvise pas. Il faut disposer d’un minium d’information ainsi que diverses analyses et document avant de se lancer. Disposer de tous ces éléments facilitera notamment l’obtention d’un financement, mais permettra de choisir les stratégies et les solutions adaptées pour permettre à l’entreprise nouvellement créée de prospérer.

Les étapes préliminaires de la création d’une entreprise

Pour créer une entreprise, il est nécessaire de bien se préparer. L’élaboration d’un business plan est essentielle dans le cas où la création de l’activité nécessite une recherche de financement. Le business plan est un document inhérent à un projet de création d’entreprise ayant non seulement pour but de convaincre les investisseurs, mais aussi pour servir de base solide en tant que plan pour créer l’activité. Un business plan ou plan d’affaire doit notamment contenir les informations concernant l’identité de l’entreprise et de ses acteurs. À savoir : la structure juridique de l’entreprise, les actionnaires, son siège social et encore d’autre. Le business plan doit évidemment définir le type de produit et de service vendus par l’entreprise. Pour vendre un produit ou un service, il ne suffit pas seulement de le créer. Il faut tout d’abord identifier les clients cibles par l’intermédiaire d’une étude de marché afin de connaître tous les paramètres de vente pour adopter la meilleure stratégie possible. L’analyse de la concurrence du secteur d’activité est aussi essentielle. Encore une fois, les informations contenues dans le business plan doivent pouvoir y répondre. Le business plan contient aussi des éléments concernant la commercialisation des produits et services en élaborant un réseau de distribution et mais aussi un plan commercial. Les détails de fabrications des produits doivent aussi être présentés dans le business plan. À savoir : le processus de fabrication, la technologie utilisée mais aussi les fournisseurs en tout genre. Ces éléments réunis permettront de mettre en évidence les besoins financiers du projet de création d’entreprise, notamment la somme nécessaire et le type de financement. Enfin, le business plan contenir les données permettant de connaître la rentabilité du projet, c’est-à-dire le retour sur investissement.

La structure classique d’un business plan

Un business plan doit être bien structuré afin de faciliter sa compréhension, mais aussi pour qu’il soit cohérent. Des sites spécialisés comme keobiz permettent de contacter des professionnels pour aider dans l’élaboration d’un business plan, mais aussi pour tout ce qui concerne les projets de création d’entreprise. Chaque projet est unique, il est donc nécessaire d’adopter la structure de son business plan en fonction, mais surtout afin qu’il soit adapté au lecteur. Toutefois, il existe une structure classique qui pourra servir en tant que base pour commencer. La structure classique d’un business plan comprend 8 parties. La première est le résumé. Cette partie consiste à présenter de manière sommaire le projet et servira notamment à accrocher le lecteur. La seconde partie concerne l’identité de la société. Cette partie doit notamment pouvoir répondre à la question : « Qui sommes-nous ? ». Le nom de l’entreprise ainsi que ses différents actionnaires devront y figurer aux côtés des informations concernant les coordonnées de la future entreprise. La troisième partie concerne l’objet de l’activité en elle-même. C’est-à-dire les produits et services qui seront venus par l’entreprise. La quatrième partie est consacrée à l’étude de marché afin d’identifier les clients cibles, mais aussi le potentiel de vente des produits. La cinquième partie concerne la stratégie. Les informations sur les procédés de distribution et de promotion du produit y seront détaillées, sans oublier les concurrents. La sixième partie représente le côté opérationnel de l’activité. Il s’agit des détails sur la fabrication du produit. La septième partie est réservée aux besoins financiers et à l’analyse de la rentabilité du projet. Enfin, la dernière partie est celle des annexes.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *