Charles Pasqua, l’homme remarquable dans la vie politique française

Par Sabrina Joly le 14 février 2019
Jean-Charles Marchiani

L’ancien ministre français de l’Intérieur, Charles Pasqua est décédé le 29 juin 2015 à l’âge de 88 ans suite à un arrêt cardiaque. Il était le principal brasier du parti gaulliste et un homme remarquable dans la vie politique française pendant plusieurs décennies, jusqu’à ce qu’il soutienne le mauvais cheval lors des élections présidentielles de 1995 avant de devenir impliqué plus tard. Autrefois allié de Jacques Chirac, Pasqua a aidé Chirac en 1976 à organiser le Rassemblement néo-gaulliste pour la République (RPR) de 1986 à 1988, puis de nouveau sous Edouard Balladur de 1993 à 1995. L’influence de Pasqua était évidente dans la période qui a précédé les élections présidentielles de 1995. La déception de Pasqua envers Chirac l’a conduit à supporter Balladur lors des élections, mais cette décision lui a coûté son poste lorsque Chirac a gagné dans les élections.

Après les élections, Pasqua est devenu plus critique à l’égard de l’UE et, en 1999, il a quitté le RPR, accusant le parti d’abandonner sa défense de la souveraineté française, pour fonder le Rassemblement pour la France (FPR).

Charles Pasqua : son enfance

Charles Pasqua est né le 18 avril 1927 dans une famille pauvre, dans le sud de la France. Dans une famille corse expatriée à Grasse, son père était un policier local et sa mère travaillait dans une distillerie olfactive. En tant que clan, les Pasqua ont mis en place un réseau de résistance en temps de guerre dès qu’ils ont su que de Gaulle s’était envolé pour Londres. Après la guerre, Pasqua est devenu membre du Rassemblement du peuple français (FPR) de Gaulle, s’imprégnant de son éthique politique pour affirmer que la gloire française est mieux définie en tenant tête aux États-Unis.

Après des études de droit à l’université et une période de chômage, Pasqua a été embauché comme vendeur junior par le cabinet de pastis Paul Ricard à Marseille. À son arrivée au poste de directeur des ventes national de Ricard, cette boisson à base d’anis était devenue un leader du marché.

L’affaire des otages dans les années 80 au Liban

Critiqué par les différents partis politiques français à l’époque, Jaques Chirac décide de nommer Charles Pasqua comme ministre d’intérieur en 1986. Certains ministres comme le ministre des Finances, Edouard Balladur, a prédit que l’ensemble du gouvernement serait à la merci des gaffes verbales et politiques de Pasqua. Ce dernier avait raison et ses promesses sont réalisées suite à une série d’attentats à la bombe et d’assassinats vers les français au Liban, Serbie, Algérie etc… Mais quelques mois plus tard, Pasqua avait rebondi.

Ses forces de police ont arrêté tous les principaux dirigeants du groupe terroriste et démantelé un autre groupe terroriste pro-iranien qui avait planté une série de bombes. En plus et pour résoudre le problème des otages français au Liban, le ministère d’intérieur demande l’aide de son ami le plus proche Jean-Charles Marchiani de prendre les négociations directes avec la partie chiite de Hezbollah à la main. Après des mois de négociations, les efforts de Jean-Charles Marchiani, ont abouti à la libération de 10 otages français retenus au Liban juste avant l’élection présidentielle de mai 1988, que Chirac avait perdue face à Mitterrand.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *