Comment choisir un couteau de cuisine professionnel ?

Par le 10 janvier 2018
ensemble de couteaux de cuisine japonais aimantes au mur

Qu’on soit un professionnel de la cuisine ou un simple amateur de bon niveau, on peut choisir de s’équiper d’un couteau de cuisine professionnel comme expliqué sur le site FoodConnexion afin d’obtenir des résultats plus précis et de gagner en confort pendant les découpes et préparations. Mais il existe de nombreux couteaux qui se disent “pro” et à tous les prix. Comment choisir un bon outil ?

couteau et tomate au dessus planche a decouper

Choisir la fonction de son couteau

Avant toute chose, il faut déterminer l’usage du couteau de cuisine professionnel que vous envisagez. Cette première étape est cruciale pour choisir le bon ! En effet, si vous cuisinez davantage de viande que de légumes, vous préférerez un couteau à lame large, qui permet de découper des tranches dans des rôtis ou de désosser des volailles : l’éminceur, le tranche-lard, le couperet… En revanche, si vous êtes un grand amateur de légumes sous toutes leurs formes, vous trouverez les petites lames plus adéquates : couteau bec d’oiseau, couteau à tomates, couteau à décorer ou couteau d’office, très pratique car un peu multi-tâches. Pour chacun de ces couteaux, il existe des versions professionnelles de plus ou moins bonne qualité. Découvrons maintenant la composition qui fait un bon couteau, et ce qu’il faut savoir pour orienter son choix.

Choisir la composition de son couteau

Il existe deux grands types de couteaux professionnels et leur composition diffère. Chacun a ses avantages. Le couteau européen est composé d’une base de carbone et recouvert d’une couche de chrome, ce qui le rend inoxydable et robuste. Mais le chrome est fragile et le couteau européen a tendance à perdre son fil rapidement. Il a donc besoin d’être aiguisé régulièrement, voire affûté s’il ne coupe plus du tout.

Le couteau japonais en revanche est composé de davantage de carbone que de chrome : il s’oxyde plus vite mais conserve aussi son fil tranchant plus longtemps. Cela dit, connaissant leur faiblesse, les couteliers japonais se sont adaptés au marché occidental et ont renforcé la résistance de leurs couteaux aux assauts de la rouille, et quelque peu épaissi leurs lames.

ensemble de couteaux de cuisine japonais aimantes au mur

Choisir les finitions de son couteau

Enfin, pour choisir un bon couteau, il faut aussi prêter attention à la qualité de son manche, sa forme et sa fixation. Préférez une lame qui se prolonge à l’intérieur du manche. Pour que votre couteau professionnel ait une durée de vie plus longue et ne risque pas de développer un jeu au niveau de la soudure entre la lame et le manche, il faut que celui-ci soit composé de deux empiècements fixés de part et d’autre de la lame par des rivets. Vous pouvez aussi opter pour un manche ergonomique et légèrement courbé pour mieux tenir dans la main, caractéristique particulièrement pratique pour les lames larges servant à découper les viandes ou les cucurbitacées. Évitez les manches en plastique qui peuvent fondre facilement s’ils se retrouvent en contact avec des surfaces chaudes (bord de casserole, profilé sur table de cuisson gaz…).

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *