Comment se préparer efficacement à un entretien téléphonique ?

Par Sabrina Joly le 4 décembre 2018

Un entretien téléphonique a comme objectif de confirmer au recruteur que le candidat correspond bien à la personne qu’il a en tête à la lecture de son CV. La prochaine étape est un entretien physique, mais il faut déjà se détacher du lot lors de la première. Ces quelques conseils peuvent être d’une grande aide pour aborder les choses sereinement.

Les éléments à maîtriser avant un entretien téléphonique

Naturellement, le choix de l’endroit et de la situation pour un entretien téléphonique est primordial. Il convient de garder son calme en accueillant le recruteur simplement et de manière courtoise. Cela passe notamment par les formules d’excuses polies dans le cas où le candidat se trouve dans un environnement sonore qui rend la conversation difficile, et des réactions mesurées. Hurler de joie au téléphone à l’annonce du sujet de l’appel peut par exemple être mal perçu, tout comme les réponses désinvoltes comme : « C’est gentil de votre part, mais là je suis occupé ! ».

Le candidat qui mène un entretien téléphonique doit par conséquent s’isoler et être prêt au moins un quart d’heure avant l’heure convenue. Cela permet de se renseigner ne serait-ce qu’un minimum sur l’entreprise si celle-ci a été identifiée sans prise de contact préalable. Garder à portée de main l’annonce de l’offre permet aussi de se remémorer le contexte de celle-ci, ou dans le cas d’une candidature spontanée, il vaut mieux avoir devant soi la candidature en question pour bien ordonner les raisons qui ont incité le candidat à postuler. Il convient aussi de demander à son interlocuteur de rappeler son nom, son numéro de téléphone et son adresse électronique.

Les experts en communication, notamment les commerciaux et les démarcheurs, s’accordent à dire qu’un sourire « s’entend » au téléphone. Cela se traduit par une ambiance détendue et un confort immédiat pour les deux parties. Débiter un long monologue sans donner à la personne à l’autre bout de la ligne l’occasion de « souffler » est aussi peu recommandé, même si on souhaite garder le dessus et éviter les blancs qui ne sont pas forcément négatifs. En effet, le recruteur, qui prend des notes, peut aussi marquer des arrêts.

Les techniques qui ont fait leur preuve en matière d’entretien téléphonique

La politesse veut que ce soit à la personne qui appelle d’entamer la conversation. Le candidat peut de son coté en profiter pour glaner des informations supplémentaires sur l’entreprise. Une fois les présentations faites, la personne qui postule peut parler d’elle-même, mais avec des mots justes et de manière concise et précise. Prendre son CV et le dérouler sur les points qu’elle juge important peut l’aider. Il convient cependant de ne pas trop rentrer dans les détails de façon à avoir quelque chose d’autre à dire pendant un autre rendez-vous. En quelque sorte, dire moins mais dire mieux doit être la règle en la matière.

Autre méthode qui a montré son efficacité pendant les entretiens téléphoniques, l’écoute active. A l’issue du premier échange, il est conseillé de reprendre le présentation de l’offre en demandant au recruteur si ce que le candidat a compris est bien ce qu’il  a bien voulu dire. Cette étape permet aussi de s’imprégner de l’environnement de travail dans l’entreprise ou de la situation économique de celle-ci. Cela ne manquera pas d’être apprécié comme étant une marque d’intérêt. Enfin, l’entrevue doit se conclure par une note cordiale, et le candidat ne doit pas hésiter à demander des informations sur les prochaines étapes du processus de recrutement. Une fois le rendez-vous physique fixé, il faut s’atteler à la préparation en apprenant à gérer le stress, anticiper les questions et choisir le vocabulaire adapté.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *