Courtier paris : le meilleur intermédiaire pour conclure des affaires

Par Yasmine Lacroix le 11 octobre 2018

Un courtier est une personne qui s’est expérimentée dans l’activité de courtage. Il a pour responsabilité de faire l’intermédiaire entre les individus qui cherchent à conclure une affaire, c’est-à-dire entre le vendeur et les acheteurs potentiels. Son travail est de faciliter au maximum les démarches de la transaction financière. Actuellement, on trouve de nombreuses personnes qui se disent être courtier. Mais attention, ce n’est pas qu’ils affirment en être un qu’on doit le croire sur parole. Loin de là, pour s’assurer des bons services d’un expert, il est essentiel de passer par des agences spécialisées, tels que Crédit Expert par exemple. Le coût et les qualités de services varient d’une entreprise à une autre. C’est pourquoi il est primordial de faire un survol de courtier, pour distinguer quel est celui qui offre les meilleurs services, à moindre coût ?

Les critères à prendre en compte lors du choix de l’expert courtier

De nos jours, choisir entre les variétés de courtier paris est devenu un vrai challenge de titan. Voici des petites astuces, qui pourront faciliter le choix.

Toujours favoriser celui qui est réputé pour sa faculté d’analyse et de compréhension

On reconnaît un bon courtier à sa capacité de réactivité. Plus il est rapide dans l’analyse et la compréhension du marché, moins il perd de temps. Et qui dit gain de temps, dit gain d’argent.

Détail de l’analyse du marché

Quand un courtier analyse un marché précis, il doit :

  • Se tenir au courant des bouleversements subi par le marché des assurances (acteurs, produits, enjeux…).

  • Repérer et prévoir les besoins potentiels du client, afin de proposer à ces derniers de nouvelles offres au moment opportun.

  • Approfondir et développer sa clientèle, en partant de ce qu’il a en main.

  • Se fidéliser des clients et s’assurer les services des compagnies d’assurances.

  • Suivre le développement de son portefeuille client (nombre, particularité, profit…).

  • Maintenir la source des affaires à portée de main (experts comptables, particuliers…).

  • Dresser et tenir à jour les média commerciaux personnalisés.

Juger leur capacité de négociation de contrat d’assurance

Un vrai expert de courtage se doit de :

  • Guider l’acheteur en collaborant avec lui dans le cadrage de ses attentes.

  • Comprendre et découvrir les risques et tarifications des attentes du client.

  • Partir à la chasse au meilleur assureur, en comparant leur cotation/devis.

  • Choisir l’offre de garantie la plus adéquate avec le client.

  • Faire une négociation continue sur les éléments du contrat (assurances, montant…), jusqu’à la signature.

  • Collecter tous les éléments utiles à la rédaction du contrat, auprès du client.

  • Guider l’intermédiation entre le client et la compagnie, tout au long de l’élaboration des contrats (rédaction, montage administratif, signature…).

Vérification de leur méthode de suivi et de gestion des menaces

Normalement, au cours de ces étapes, un bon courtier paris adopte les démarches suivantes :

  • Garder un œil et agir pour le respect du contrat (clauses, gestion des démêlés…).

  • Suivre de près le lien commercial (accompagnement, conseil…) avec chaque acheteur.

  • Soumettre quelques arrangements civils aux deux parties selon l’évolution des paramètres.

  • Interagir entre l’assuré et l’assureur en cas de menace.

  • Défendre les intérêts du client auprès des assureurs.

  • Soutenir le client en cas de menace.

  • Diriger la période de paye et de règlement.

Profil type du courtier idéal

Par ailleurs, on juge également un courtier, d’après ses compétences techniques et dispositions professionnelles.

Aptitudes techniques

Pour mériter de porter le titre de courtier, il est essentiel d’avoir :

  • Une représentation irréprochable du marché et des adhérents de l’assurance (sociétés, intermédiaire, produits et prestations disponibles…).

  • La bonne méthode de négociation et de commercialisation de produits d’assurance.

  • Une compréhension juridique de son secteur et de sa clientèle (PME-PMI, particulier…).

  • Une parfaite maîtrise de l’anglais de vente dans le cadre international.

  • Une habileté dans la manipulation des outils informatiques consacrés à la recherche et l’administration d’un portefeuille clients.

Compétences professionnelles

Un bon dosage des caractères suivant, démarquent toujours le courtier de ses semblables :

  • Perception de vente et facilité de relation

  • Réception et compréhension des attentes

  • Aptitude de prévision

  • Inventivité et réactivité

  • Tactique et force de conviction

  • Entrain et vigueur

  • Flexibilité de temps et de situation géographique

  • Goût pour le défi

  • Esprit d’entreprenariat et de management 

Les activités du courtier

Ces derniers sont assez variables. Ils peuvent différer selon …

Le statut

  • Un courtier indépendant est un négociant à part entière, enregistré au Registre du commerce et des sociétés. Etant son propre chef, il a pour responsabilité de garantir toute la gestion (administrative, technique, RH et comptabilité) de son entreprise.

  • Un courtier qui travaille au sein d’une société de courtage, dispose du portefeuille client de l’entreprise qui l’emploie. Il est directement sous les ordres de ses supérieurs, et doit s’en référer à eux à chaque décision qu’il prend. Ses supérieurs peuvent aussi lui imposer la direction à suivre dans chacun de ses dossiers.

L’ampleur de la société

  • Dans le cas d’un petit bureau de courtage, les obligations et devoirs du courtier peuvent être très vastes. Partant du développement commercial à l’administration des menaces et la surveillance technico-administratif. Mais son premier rôle est bien sûr, la fidélisation de la clientèle.

  • Pour un grand bureau de courtage, l’administration des services est similaire à celle d’une agence d’assurance : commerciaux, actuaires… De ce fait, le courtier se pliera aux exigences de l’emploi de l’assurance. Il ne tiendra donc pas forcément le titre de courtier. Ses capacités suivront la variabilité du domaine d’exercice. En général, ces cabinets administrent souvent la totalité du lien avec la clientèle. En faisant appel à ces derniers, le client risque de ne jamais communiquer directement avec la société de garantie.

La branche de prédilection

Le courtier ou le cabinet de courtage a la possibilité d’acquérir une spécialisation par produit (assurance vie, réassurance, risque…) ou par tranche de marché (particuliers, salariés, PME-PMI …). De nos jours, on voit de plus en plus de courtiers axés sur des métiers précis (docteurs, militaires, avocats…), pour lesquels ils montent et négocient des accords spéciales. De surcroît, le courtier sera obligé d’adapter ses recherches commerciales à chaque population, ses besoins et attentes personnelles, et aux contraintes législatives. Pour cela, il est nécessaire qu’il connaisse et maîtrise parfaitement les enjeux du domaine qu’il traite.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *