Crédit immobilier : un fort taux d’impayé à prévoir d’ici 2021 ?

Par Phillipine Mornand le 18 décembre 2020

Le crédit immobilier reste la seule solution de financement en vue d’acquérir un bien pour plusieurs individus. Rien qu’en 2019, 1,3 million de ménages français ont contracté un prêt immobilier. Plus de ¾ de ces souscripteurs ont informé avoir acheté leur résidence principale à partir de cet emprunt bancaire. À la suite de la crise sanitaire qui a frappé le monde entier et surtout l’Europe, les analystes du secteur prévoient un taux important d’impayés de crédit. À l’heure actuelle les choses ne sont pas encore arrivées à ce stade inquiétant selon les acteurs dans le domaine. Toutefois, le début d’année 2021 pourra être la scène d’un endettement majeur des contractants de crédits immobiliers. On ouvre le dossier…

Une situation de plus en plus complexe

Plusieurs représentants du secteur bancaire avouent aujourd’hui ne pas encore avoir affaire à une situation difficile. Les débiteurs arrivent encore (tant bien que mal) à payer leurs dus immobiliers grâce aux mesures prises qui les avantages fortement. En effet, plusieurs maisons de financements ont décidé d’accorder des reports d’échéances de règlement des mensualités à un nombre important de créditeurs. Ainsi, ces derniers ont pu trouver des solutions pour s’acquitter de leurs dettes. Par ailleurs, lors de la première vague de crise sanitaire, ce sont surtout les employés précaires qui ont été mis en inactivité. Ces individus ne figurent pas parmi ceux qui encourent à des crédits maison. De plus, les dispositifs divers mis en place par le gouvernement et les entreprises visant à faciliter la gestion des finances pour plusieurs ménages. Le chômage partiel compte parmi les meilleures mesures prises qui ont fait office d’amortisseur efficace contre les impayés.

La situation semble toutefois se dégrader davantage à travers les mois. Force est en effet de constater que les conditions actuelles n’avantagent aucunement les foyers à dettes. Comme la crise ne cesse de perdurer, plusieurs salariés à métier stable se voient mis à la porte. Des décisions irréversibles prises par les entreprises qui auront sans l’ombre d’un doute un impact significatif sur les impayés des crédits immobiliers. Évaluer sur une durée de moyen terme, les responsables de crédit au sein des instituts de financement s’attendent à avoir les dettes gonflées d’ici mars à mi-2021. Ces défauts de prêts suivront la vague de loyers impayés qui a lieu actuellement.

Les solutions à envisager pour éviter le surendettement

Un nombre important de ménages créditeurs immobiliers se voient actuellement dans l’impasse à l’idée de devoir régler leurs mensualités. En effet dans les prochains mois à venir, la situation pourra fortement se détériorer si les problèmes financiers apparaissent d’ores et déjà à cette fin d’année. Heureusement, il existe plusieurs dispositifs qui permettent de limiter son endettement.

La solution la plus pertinente reste la suspension des mensualités par le juge où les conditions sont fixées par l’article L. 314-20 du Code de la consommation. À entreprendre au préalable avant même de déposer une procédure de surendettement, cette initiative permettra au créditeur de jouir de gros avantages. En effet, il pourra de manière juridique et donc en toute légalité suspendre les paiements de ses dus, et ce, sur une durée limitée. L’ordonnance émise par le juge des contentieux pourra régir plusieurs éléments (aucun intérêt sur les sommes dues lors de la période de grâce, modalités de paiement des dettes, etc.).

Entamer un regroupement de crédit peut également être une alternative parfaite pour combattre le surendettement. Visant à regrouper en un seul crédit ses multiples dettes, cela permet aux endettés de profiter de multiples avantages donc :

  • des mensualités réduites ;
  • une gestion de budget plus aisée ;
  • et une obtention d’un taux d’emprunt plus intéressant.

Le tout permettra ainsi d’avoir un équilibre financier important. Plusieurs professionnels à l’image de Partners Finances pourront aider les intéressés dans le processus de rachats de crédit. Se faire accompagner dans cette démarche permettra de choisir avec soin les différents paramètres de regroupements de crédit grâce à des conseils d’experts. Négociant auprès des banques ou organismes de prêts pour le compte de leurs clients, un bon spécialiste de l’intermédiation de regroupement de crédit proposera des solutions adaptées à la situation de chacun. Se faire racheter ses crédits peut donc être une alternative temporaire pour éviter d’être surendetté rapidement.

Si un individu se voit déjà endetté, il pourra aussi avoir recours au service de médiation des dettes. Cette intervention est constituée par la réalisation d’un bilan complet de la situation financière de l’individu et la confection d’un budget. Les initiatives à prendre dépendront de cette analyse budgétaire.