Quelques points à savoir avant de créer sa propre galerie d’art

Par le 13 juin 2018

 

Si vous êtes un passionné d’art à la recherche d’opportunité professionnel enrichissant, ouvrir ou reprendre une galerie est un rêve qui est réalisable. Mais ce n’est pas une chose facile. S’agissant d’un commerce, il vous faut avoir les compétences requises pour le gérer, mais pas seulement. Pour réussir votre pari et vous épanouir pleinement, il vous faut impérativement avoir la passion de l’art. Voici quelques points qui vous aideront à franchir le pas.

Avoir la passion de l’art

Le premier critère est bien sûr la passion pour l’art. Nombreux sont les amateurs qui ont, grâce à cette passion, ouvert leur propre galerie. On peut par exemple citer Pascal Robaglia. Plongé dans le monde de l’art depuis son enfance, il a su cultiver et entretenir sa passion, et en faire son métier. Aujourd’hui propriétaire de sa propre galerie à Paris, il transmet sa passion pour les belles choses à travers ses expositions allant de la peinture ancienne à l’art contemporain, en passant par la peinture moderne.

Pour que votre projet soit une réussite, il vous faut donc avoir l’amour de l’art. Vous pouvez l’avoir acquis en admirant une ou plusieurs œuvres qui vous ont impressionnés ou durant votre enfance. Le plus important, c’est de savoir l’entretenir. Ainsi, vous vous ouvrirez facilement dans le milieu international et pourrez conquérir les meilleurs artistes et les meilleurs clients qui en demandent toujours plus. Avec la passion, vous ferez plus facilement votre place sur le marché de l’art.

Créer sa propre galerie d’art : les étapes à effectuer

Comme il s’agit d’un commerce, il vous faudra avoir les ressources nécessaires, mais aussi quelques notions. Avant de sauter le grand pas, il vous faut évaluer la viabilité de votre galerie. Durant cette étape, vous devez présenter en détail vos idées. L’établissement de votre offre stratégique artistique et commercial se fait par la définition de votre positionnement sur le marché. Il sera important de préparer un business plan pour prévoir les investissements requis. Le seuil de rentabilité et le compte rendu prévisionnel y figureront pour servir de guides.

Après l’étude de la viabilité de votre projet, les aspects juridiques et administratifs sont à prendre en compte. Il est ainsi nécessaire d’enregistrer les statuts de la galerie auprès des impôts des entreprises (SIE). 8 jours après la déclaration d’activité au Centre de formalité des entreprises, il est nécessaire de se déclarer auprès de la Maison des artistes.

L’entreprise individuelle, un statut juridique à considérer pour votre galerie

Il faut ensuite choisir le statut juridique de votre galerie. Vous avez le choix entre entreprises individuelles ou une société commerciale. Tout dépendra des apports financiers et du nombre d’associés. Dans le cas d’une entreprise individuelle classique, le patrimoine de votre galerie et votre patrimoine personnel seront confondus. C’est un statut qui convient au lancement de la galerie, mais qui peut évoluer en EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée). C’est un régime qui sépare votre patrimoine personnel de celui de votre activité professionnelle. Il demande néanmoins plus de formalités et augmente les coûts de gestion de l’entreprise.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *