Créer sa société au Royaume-Uni

Par Camille Lafranger le 15 août 2016

Y aller ou pas ? C'est clairement la question que se posent les candidats à l'expatriation, depuis le vote du Brexit, tandis que tous ceux qui ont déjà créé une société sur place se demandent s'il faut rester ou pas.

En effet, le Royaume-Uni a attiré de nombreuses créations de sociétés européennes, particulièrement françaises, qu'elles soient "offshore" ou pas. Selon le lieu (Écosse ou Angleterre), le type d'activité, le niveau de délocalisation, la réponse sera différente.

Sortira, sortira pas ?

Le gouvernement s'y est engagé, le résultat du référendum sera respecté et le pays demandera sa sortie. Mais cette sortie ne signifie pas une rupture de tous les liens économiques et commerciaux : il existe aujourd'hui des pays associés, comme le Maroc, qui ne sont pas "dans" l'Europe mais qui bénéficie de nombreux avantages, tout en accordant aussi des avantages réciproques aux ressortissants de l'UE.

De plus, le Royaume-Uni n'était pas le seul pays à avoir un statut spécial : non intégration à l'espace Schengen, conservation de la monnaie nationale : les cas de figure sont aujourd'hui déjà variés.

Enfin la négociation du Brexit sera certainement l'occasion de signer un certain nombre de traités bilatéraux.

Autrement dit, l'intégration européenne de l'Angleterre ne disparaîtra pas, même si elle sera diminuée.

Trois ans d'incertitude

Avec l'annonce récente du délai supplémentaire dans la mise en place du Brexit, l'Angleterre renforce les incertitudes. Il doit se préparer et embaucher les experts nécessaires pour les négociations. Une demande déposée désormais fin 2017, plus deux ans pour les négociations : c'est en tout trois ans et demi avant que la sortie de l'Europe soit effective.

Paradoxalement, cet argument joue pour une réponse positive. La création d'une société en Angleterre n'est pas très couteuse. Trois ans et demi c'est très long, quand on sait que la moitié des sociétés nouvellement créées disparaissent dans les cinq ans.

De plus, le paysage économique de la Grande-Bretagne va être totalement reconfiguré. L’Écosse, qui bénéficie beaucoup de l'Union Européenne, et qui propose des conditions intéressantes aux sociétés offshore, va tout faire pour rester dans la CEE, quitte à faire sécession.

Les critères de choix

Créer sa société en Grande-Bretagne est aujourd'hui toujours intéressant.

Si :

  • votre activité est facile à déménager,
  • ne demande pas d'investissement immobilier ou mobilier important,
  • vos clients sont de toute façon en Angleterre
  • ou, à l'inverse, la localisation de votre entreprise n'a rien à voir avec celle de vos clients),
  • vous êtes dans un des secteurs où la Grande Bretagne est particulièrement active (techfinance entre autres)

vous en tirerez suffisamment rapidement des bénéfices pour que cette démarche soit rentable.

Faites simplement particulièrement attention à vos statuts, facilitez-vous à l'avance un éventuel déménagement dans un autre pays ou une clôture de société !

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *