Et si l’on osait enfin le retour vers nos villages ?

Par Bernard Billot-Lefebvre le 9 août 2020
qualité de vie campagne

Avec la désertification de nos campagnes et la disparition des services publics concomitante, c’est un cercle vicieux qui s’abat sur nos villages de France. Moins de population et moins d’offres de services provoquent un exode rural massif et un appauvrissement de la qualité de vie en province. Pourtant, on observe en parallèle un certain engouement pour le retour à une vie simple et connectée à la nature, résultat de la saturation des villes et du rejet d’un mode de vie ultra connecté.

Le retour vers nos villages
apparaît donc comme une solution idéale pour renouer le contact avec notre monde et entrevoir de nouvelles possibilités d’épanouissement pour les populations de demain. C’est dans cette optique à la fois sociale et novatrice que le Groupe SOS avance depuis des années, s’attachant à recréer du lien social et de la qualité de vie dans les campagnes désertées par un État de moins en moins capable d’assurer le quotidien des ruraux. Explications.

Une qualité de vie hors du commun

Dans les grandes villes, la surpopulation, la pollution, la hausse des loyers et le manque d’espace conduit à une saturation physique et psychique qui pousse toujours plus de Français vers les campagnes. Le nouveau paradigme du télétravail, mis en lumière par la crise du Covid 19 sonne comme un appel au retour vers nos villages qui souffrent pourtant de la disparition des institutions étatiques et du manque de services publics.

Si la qualité de vie est bien meilleure à la campagne, il sera tout de même nécessaire de recréer des lieux de partage et de convivialité au sein des villages. Le groupe SOS participe à l’effort de reconquête, notamment avec le projet https://www.1000cafes.org/groupe-sos/, en travaillant sur de multiples axes. Depuis sa création en 1984, il agit sur la jeunesse, l’éducation, l’écologie, l’emploi ou encore les solidarités pour permettre un nouveau départ rural et offrir une vie plus douce à ceux qui manifestent leur envie de vert et de nature.

retour au village

Un village pour se retrouver soi même

Le retour vers nos villages est avant tout une reconnexion avec ce qui fait le cœur de notre culture. Le patrimoine français est riche de sa diversité paysagère, des traditions locales et des différents aspects sociaux inhérents à chaque région. Avec le Groupe SOS, ceux qui souhaitent s’impliquer dans la création d’un tissu social neuf et innovant peuvent s’appuyer sur une organisation forte, capable de mutualiser les moyens pour redonner vie à des régions oubliées.

En effet, le retour à la ruralité est pour beaucoup l’occasion de se recentrer sur soi et de reprendre un peu de contrôle sur ses aspirations profondes. Le village est une terre de liens simples et directs mais fragile et doit nécessairement s’appuyer sur un réseau de structures pour être pérenne. Le projet 1000 cafés du Groupe SOS est emblématique de la vision sociale du groupe qui propose son aide aux entrepreneurs ambitieux et riches de leurs idées.

Le retour vers nos villages, une obligation sociale et écologique

En parallèle de ce besoin de nature généralisé, le retour vers nos villages répond également aux attentes d’une majorité de Français, ayant pris conscience de la nécessité de changer de mode de vie. La crise sanitaire du Covid 19 a été un choc pour tous, symbole de la fragilité de nos sociétés et de la vulnérabilité des villes densément peuplées. Avec le retour à la campagne, c’est un mode de vie plus sain et en accord avec les principes de la nature que l’on peut envisager sereinement.

Le retour à la terre est également une nécessité sociale. Face à l’effilochage des liens, notamment causés par le numérique omniprésent et omnipotent, beaucoup de Français cherchent à retrouver un mode de vie moins rythmé et plus calme. Le village et ses codes sociaux est un point de départ idéal pour refaire société entre les Hommes et produire à terme un nouveau paradigme civilisationnel, qui sera indispensable pour répondre aux aspirations personnelles comme aux enjeux collectifs.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *