La taille sévère des végétaux : comment le faire convenablement ?

Par Jose Daphinel le 16 juillet 2019

Nous entendons par taille sévère, le fait de découper une très grande partie d’un arbre. Comme toutes les tailles, elle doit se faire en respectant des techniques. Il faut éviter de toucher aux points vitaux où la sève circule. La circulation de la sève et la cicatrisation de la plaie de la plante peuvent déterminer sa croissance ou sa vie. Dans cet article, nous allons discuter de ce sujet en approfondissant la taille sévère.

Qu’appelle-t-on taille sévère ?

La taille d’un végétal est essentielle à sa croissance, elle a une double visée : harmoniser sa morphologie et encadrer sa croissance. Il existe deux types de taille : la taille sévère et la taille douce. La taille douce consiste à débarrasser la plante de ces branchages morts, la taille sévère par contre consiste à découper une grande partie du végétal. Cette dernière se fait alors même que la plante est en phase adulte. La taille douce se pratique par contre dans la phase de jeunesse de la plante.

La taille sévère, communément appelée taille de restructuration s’explique par ce fait : l’arbre est taillé pour ajuster sa grande structure. Très évidente, cette taille enlève à peu près 80 % d’une partie de l’arbre. Les grands arbres massifs sont les premières victimes de la taille sévère.

Cette taille est faite dans la mesure où la sécurité des propriétaires, des passants ou des maisons situées sous les arbres est menacée. Souvent, les experts en élagage comme ces élagueurs au sein de cette entreprise d’élagage dans le 11 dans le ne pratiquent pas la taille sévère, ils n’agissent que dans les cas de dangers imminents. Lorsque les grandes et vieilles branches pendent dangereusement au-dessus d’une allée très fréquentée ou au-dessus du toit d’une habitation, ils procèdent à la taille sévère pour éviter les accidents. Il est aussi possible que la flèche d’un arbre s’enchevêtre dans les fils électriques, dans ce cas, les élagueurs vont tailler sévèrement cette flèche.

La cicatrisation de la plaie du végétal

Comme la taille sévère laisse une grande plaie béante à la base de la plante, les infections et les attaques des insectes sont plus difficiles à gérer. Moisissures, parasites, lichens, toutes ces petites agressions peuvent en venir à bout de la plante : la pourriture du tronc est très possible. Si les plaies ne sont pas bien soignées, la plante meurt à petit feu.

Cette technique d’élagage affecte grandement le trajet de la sève dans l’arbre. Les voies affectées empêchent l’arbre de nourrir certaines parties et naturellement, la circulation sera mal-répartie. Le résultat est dispersé : des branches meurent tandis que des repousses sauvages se verront apparaitre.

C’est pour toutes ces conséquences assez irréversibles pour la plante que la taille sévère ne peut se faire que sous un mandat ou une demande expresse. Si l’arbre n’est pas une menace pour la sécurité des alentours, il sera épargné.

Les techniques de la taille sévère

Pour assurer une convalescence rapide et saine à votre arbre après sa taille sévère, suivez les instructions suivantes. Ne dépassez pas les 30 % de la taille de la couronne dans votre coupe. Cette règle permettra à votre plante de toujours bien réaliser sa photosynthèse.

Épargnez au maximum les grandes branches, observez et mesurez la taille d’une branche : si son diamètre excède les 5 cm, n’y touchez pas. Ce chiffre doit être respecté, car au-delà de 5 cm, la cicatrisation devient presque impossible.

Et enfin, n’oubliez jamais de bien désinfecter vos outils et de bien les aiguiser avant et après chaque taille. Ces soins éviteront les infections au niveau des plaies. Utilisez pour cela de l’alcool ou des produits spéciaux pour outils de taille.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *