Le stockage des produits dangereux dans les bonnes conditions

Par Matthieu Resaut le 26 août 2020

La prudence s’avère toujours de mise lors de la manipulation et le stockage de produits liquides dangereux. Une procédure rigoureuse ainsi que les équipements de rétention peuvent réduire le risque de pollution accidentelle par déversement.

Effectivement, ces dispositifs peuvent vous garantir un meilleur contrôle lors d’une éventuelle fuite. Encore faut-il qu’ils soient adaptés aux produits et suffisants par rapport à la quantité manipulée. Suivez le guide pour en apprendre davantage et découvrez comment choisir les solutions les plus adaptées à votre activité.

Comment choisir la capacité d’un bac de rétention ?

Pour un stockage de cuves et de fûts, il existe deux modes de calcul. Soit le bac est dimensionné à un volume égal à 100 % de la capacité du contenant le plus volumineux. On parle alors de la règle des 100 %.

Soit il est dimensionné à un volume égal à la somme des moitiés du volume de chaque contenant. On parle alors de la règle des 50 %. Les valeurs obtenues par ces deux règles sont comparées entre elles. La valeur la plus importante sera choisie pour dimensionner le bac.

Dans la pratique, pour un bac de rétention supportant une cuve de 1000 litres et deux fûts de 220 litres, on procède au calcul des deux règles. La règle de 100 % donne 1000 litres, alors que la règle de 50 % donne 770 litres. La dimension adéquate du bac de rétention pour stocker les produits est dans ce cas de 1000 litres.

À noter qu‘il existe des exceptions à ces règles. Elles concernent notamment le stockage des produits inflammables et des lubrifiants. Un bac de 800 litres au minimum est requis dès que la quantité de produits dépasse 800 litres. Pour les quantités inférieures, la règle des 100 % est recommandée.

stockage sur cuve de rétention

Comment choisir la matière du bac de rétention ?

Un bac de rétention doit être fabriqué avec des matériaux solides supportant le poids des cuves, des fûts et des palettes éventuellement. Cependant, le choix du matériau dépend de la nature du liquide à collecter.

Pour les hydrocarbures et les solvants non corrosifs, privilégiez les bacs de rétention en acier galvanisé. Ils sont robustes, s’adaptent aux palettes et supportent un stockage prolongé en extérieur.

Le stockage des bases et des acides devra se faire sur des bacs de rétention en polyéthylène. Cette matière ne réagit pas avec les produits corrosifs. De plus, elles possèdent l’avantage d’être légères tout en demeurant parfaitement robustes.

Les mesures de prévention complémentaires de la pollution accidentelle

L’utilisation des bacs de rétention ne dispense pas l’entreprise ou le particulier des autres précautions d’usage. Parmi les mesures obligatoires, on peut citer la manipulation et le stockage sur des sols inertes et étanches. En général, il s’agit de sols bétonnés. D’autre part, l’utilisation des absorbants industriels permet de contenir une éventuelle pollution accidentelle.

De même, le respect des règles de base comme la compatibilité des produits chimiques stockés évite les incidents pouvant conduire à la contamination du sol, des eaux et de l’air. Par ailleurs, la logique suggère qu’un stockage de produits chimiques soit bien aéré et à l’abri de toute source de chaleur et d’inflammation.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *