Les instituts de sondage place Paul Biya en tête du scrutin présidentiel

Par Yasmine Lacroix le 21 septembre 2018

Si l’on en croit les différentes enquêtes menées auprès des électeurs qui se présenteront aux urnes, le président sortant, Paul Biya, sera réélu pour un nouveau mandat. Ce serait le 7ème septennat pour le président camerounais.

Un premier sondage, datant du mois de mai dernier indiquant que 57% de la population souhaitait voir l’actuel président poursuivre son travail à son poste. L’agence ayant interrogé la population, “Be High communications”, s’était focalisé sur les ville de Yaoundé, la capitale, et Douala, le coeur économique du pays, en exploitant les réponses de 3392 questionnaires que la société avait distribué. Cette enquête constituait l’un des premiers sondages électorals en tant que tel, et elle permettait d’estimer le niveau de popularité du Président Biya à quelques mois des élections, le faisant suivre par le jeune candidat du parti “Univers”, Cabral Libii, avec 16% d’opinions favorables. Suivaient alors dans un mouchoir de poche Maurice Kamto du MRC avec 5%, de même pour Me Muna AKere Tabeng du PDF, et 4% pour le candidat du SDF, Joshua Osih. 6% des électeurs n’avaient pas encore effectué leur choix.

Publié le 17 septembre 2018, un second sondage réalisé par l’institut américain Ennovative Solutions, offre une large victoire à Paul Biya avec 81% d’intentions de votes, les autres candidats se partageant les restes des réponses données aux sondeurs, avec 7% pour Joshua Osih, 5% pour Maurice Kamto, et 2,5% en direction de Cabral Libii.

Les raisons du succès de Paul Biya dans les différentes enquêtes d’opinions résident essentiellement dans sa sagesse et son expérience lui conférant la capacité à garantir la paix et mettre en place des réformes. Les autres candidats doivent leur place surtout par leur présence importante et régulière sur les différents supports médiatiques, mais suscitent encore une certaine méfiance de la part des Camerounais.

Selon François Soudan, de directeur de Jeune Afrique, explique à RFI qu’il est évident que Biya sera vainqueur, «parce qu’il n’y aura pas de candidature unique de l’opposition. Il y a des négociations entre les principaux candidats qui portent sur l’idée, d’une plateforme d’observation commune des élections mais pas sur un candidat unique». Et deuxièmement parce que «au Cameroun, le scrutin est à un tour.  Donc, la réélection de Paul Biya, candidat du RDPC, semble écrite d’avance».

L’autre enjeu de l’élection semble être de savoir quel parti deviendra le principal opposant au RDPC de Paul Biya.

 

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *