L’immobilier, aujourd’hui ou jamais

Par le 10 août 2018

Rien ne vaut l’immobilier actuellement, le marché est en train de faire des heureux et des riches du côté de l’investisseur immobilier en Belgique. Avec ce petit traité du comment réussi dans l’immobilier, vous pourrez avoir des pistes à suivre.

La Belgique, meilleur spot du marché immobilier

Actuellement, selon les spécialistes de l’économie et des finances, rien ne pourra encore remplacer le placement dans la pierre. Toujours dans cette perspective, depuis plus de cinq ans, le marché immobilier arbore les meilleurs attributs. Ce qui fait du grand bien à l’investisseur immobilier en Belgique. Face à l’épargne qui commence à présenter ses limites. Ou encore la bourse qui est de plus en plus imprévisible. Il est préférable de se tourner vers quelque chose de palpable, de sur comme l’immobilier.

En Europe, la Belgique est considérée comme l’El dorado par tout investisseur immobilier en Belgique. Avec des prix du m² toujours en hausse, il n’y a pas de quoi effrayer les investisseurs. Puisque cela se compense par des taux d’intérêt bancaire très attrayants. De plus, question rentabilité, le pays affiche les meilleurs indices avec ses voisins. Que ce soit ici ou ailleurs, ce type d’investissement se joue sur la durée. Ce qui est sur, il permet de récolter des revenus stables et réguliers pour s’assurer une retraite dorée.

Une valeur refuge

Selon les spécialistes toujours, comme l’or, le marché immobilier représente une valeur refuge. S’il a perdu cette considération il y a quelques années, son potentiel l’a reclassé ainsi. Par valeur refuge, il faut comprendre un marché ou un secteur de placement qui n’est pas affecté par les crises. Par exemple, une surproduction du pétrole entrainerait  la baisse du prix sur la bourse de commerce. Avec la brique, l’investisseur immobilier en Belgique n’aura pas à craindre ces fluctuations. Cependant, comme tout marché, il y a toujours des risques.

Pour un investisseur immobilier en Belgique, le risque le plus proche est de ne pas trouver des locataires. Après avoir emprunté à la banque, construit la résidence, il est confronté à l’absence de demande pendant une année. Premier impact, son investissement n’engagera pas de bénéfice. Il devra trouver d’autres moyens pour payer ses échéances à la banque. Le risque de surendettement plane sur son affaire. Et si la situation persiste, son bien pourra être saisi par la banque. C’est un cas extrême, mais plusieurs investisseurs sont déjà passés par cette humiliation.

Les bonnes questions pour une meilleure vision

Pour cela, avant de se lancer en tant qu’investisseur immobilier en Belgique, il faut procéder à un état des lieux du marché. Comment réagit la demande ? Est-ce qu’elle risque de faire grimper les cours des prix de la brique ? Ces questions nécessitent des réponses précises. Les orientations géographiques du marché sont aussi à prendre en considération. Quelles sont les villes ou les quartiers qui sont en train de mettre en marche leur politique d’urbanisation ? Où se trouvent les quartiers où le loyer grimpe ? Autant de questions qu’il faut élucider.

Stratégie de l’information

Garantir les bénéfices pour l’investisseur immobilier en Belgique, c’est surtout s’informer sur le marché dans lequel il va évoluer. Et comme tout le monde le sait, la stratégie commerciale, c’est avant tout 50 % de travail d’information.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *