Pourquoi les femmes veuves sont souvent dans la précarité ?

Par Bernard Billot-Lefebvre le 4 mars 2021
femme veuve

Après le décès d’un conjoint, plus rien n’est pareil. En effet, l’épouse se retrouve toute seule face aux charges. Dans ces conditions, elle est facilement exposée à la précarité et vit donc dans une totale insécurité sociale et financière. Pourquoi en est-il ainsi ? Découvrez la réponse dans cet article.

Le manque d’association de soutien

Il existe plusieurs organisations non gouvernementales qui s’occupent du soutien des veuves. On retrouve par exemple l’association juive qui est présente dans le social et dans la redistribution du don association juive. Ces ONG invitent généralement tout le monde à faire un don pour défiscaliser leurs revenus. Néanmoins, face à l’augmentation du nombre de femmes qui se retrouvent dans des conditions d’insécurité sociale, ces structures caritatives n’arrivent plus à leur venir en aide. De plus, une mauvaise gestion est souvent faite des fonds alloués à leurs prises en charge.

Les veuves sont donc la plupart du temps seules faces à plusieurs défis sociaux majeurs. La non-disponibilité de certaines faveurs pour les accompagner au quotidien augmente aussi le risque de précarité. À cet effet, l’allègement des impôts et la subvention des études des enfants sont des politiques qui pourraient soulager ces femmes.

La marginalisation de la veuve

Il est courant de voir après le décès d’un époux, la famille de ce dernier s’accaparer ses biens, sans rien laisser à sa conjointe. En réalité, la mort du mari est perçue comme la fin d’un contrat qui unissait les deux partenaires. Ainsi, si l’épouse doit hériter des biens de son homme, les parents de ce dernier sont en mesure de tout faire pour l’écarter. Ce rejet et la non-reconnaissance de son statut sont des facteurs qui participent au bouleversement de son quotidien.

Elle se retrouve alors sans aucun soutien et ses conditions de vie finissent par se dégrader au fil du temps. Mis à part cela, il faut notifier que dans certains pays, la femme est encore victime de discrimination. L’existence de l’écart salarial entre le sexe masculin et féminin est toujours d’actualité. Par conséquent, lorsqu’une veuve est rejetée par sa belle-famille et de plus, sans soutien financier, elle peut très vite se retrouver dans la précarité.

femme dans précarité

La monoparentalité

L’une des conséquences directes de la perte de son mari est la monoparentalité. En effet, il arrive suite à cet évènement tragique que la veuve se retrouve toute seule avec ses enfants. Ainsi, faire face à certaines charges et assurer le bien-être de ses progénitures peut devenir un vrai casse-tête. Si elle ne dispose pas d’assez de moyens financiers, elle peut très vite se retrouver dans une situation précaire.

De plus, le décès de l’époux de façon précoce (avant 55 ans) est aussi un facteur clé. Si l’épouse n’est pas encore mature, ses conditions de vie peuvent facilement se dégrader. C’est donc pour lui venir en aide que la fondation juive propose par exemple une thérapie et des stages. Les séances lui permettront de se faire accompagner et d’être entièrement autonome.

Somme toute, plusieurs raisons expliquent la précarité des femmes veuves. Il s’agit notamment du manque d’association, du veuvage précoce et de la monoparentalité. La marginalisation de ces dames est également une cause évidente de la dégradation des conditions de vie.

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *