Que faut-il faire en cas d’annonce de handicap ?

Par Sabrina Joly le 6 décembre 2018

Bien souvent, ça nous arrive sans prévenir, et si ce n’est pas le cas, l’émotionnel prends tellement de place que la personne devenue « personne handicapée » ou sa famille dans le cas d’enfant avec handicap, se sentent un peu démunies voire complètement « larguée » Voici quelques notions importantes pour bien préparer l’avenir sereinement.

En France, il existe deux organismes qui « gèrent » le handicap aux quotidiens :

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM)

Celle qui intervient quand la personne a suffisamment cotisé pour prétendre à une pension d’invalidité. Une pension est décidée avec le médecin conseil des lors que vous en faites la demande et que vous pouvez justifier d’assez de trimestres de cotisation, d’une réduction de travail égale au 2/3.Les pensionnés sont ensuite répartis selon 3 catégories selon leur capacité de travail ( cat 1 : capacité de travail, 30% du salaire de référence – cat 2 , 50 % du salaire de référence et légalement avec incapacité totale de travail et enfin la cat 3, toujours 50% mais majorée pour besoin d’assistance d’une tierce personne. Le médecin conseil, détermine alors un taux d’incapacité en fonction des atteintes de votre handicap sur la capacité de travail.

Le calcul, se fait en faisant la moyenne des 10 meilleures années, ensuite moyenne annuelle remise proportionnellement au mois. Quelques fois la pension est complétée par une prévoyance lorsque les employeurs y ont cotisé, la pension est déclarable et soumise à des prélèvements sociaux. (Soumise au seul revenu de la personne)

La CPAM peut également selon le besoin, attribuer une exonération du ticket modérateur (hors pensionnés qui le sont d’office pour toute maladie et maternité) pour une affection de longue durée listée par arrête ou bien rentrant dans la catégorie hors liste mais qui doit avoir un traitement long et coûteux prévisible de plus de 6 mois (kiné par ex)

La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)

Elle statue sur les demandes pour les enfants et les adultes. Le dossier est plus « lourd » à remplir que pour la pension, c’est un dossier de plus d’une dizaine de page, et il n’est pas obliger d’avoir travaillé au préalable.

Cet organisme octroi des droits sur l’allocation d’éducation d’enfant handicapé, sur les octrois d’auxiliaires de vie scolaire, ainsi que d’aides financières complémentaires pour aider au  financement de matériel coûteux ou de rendez-vous non remboursés par la CPAM et en lien avec le département ou la CAF pour le paiement.

C’est également le même organisme qui gère le handicap adulte, on peut y demander l’allocation adulte handicapé ( AAH) ainsi que la Prestation compensatoire du handicap  ( PCH ) , l’orientation pour le travail en milieu protégé, ainsi que la carte mobilité inclusion : Priorité  ( pour un taux d’incapacité supérieur à 50% et inférieur à 79% ; invalidité (au-delà de 79%, qui permet aussi d’avoir des avantages fiscaux) et la mention stationnement qui elle n’est pas attribuée selon un taux d’incapacité mais bien la possibilité ou non de marcher dans un rayon de moins de 200 mètres seul et sans assistance, La « personne handicapée » en fauteuil roulant, ou avec des cannes, ou encore avec une oxygénothérapie ont la mention stationnement d’office si ils la demande bien entendu. Les notifications ont une durée limitée et sont soumises au renouvellement (de 1 à 20 ans selon la demande financière et d’1 à 5 ans d’aide à la scolarité, voir à vie pour ce qui est des cartes uniquement.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *