Religion : et si on arrêtait de dire n’importe quoi ?

Par le 7 septembre 2016

L'actualité récente, disons depuis quelques années, a remis le fait religieux à la une. Tout particulièrement en France ce sujet est sensible, et "on" croyait naïvement avoir définitivement relégué la religion au rang de superstition d'un autre âge. Forcement, sont alors apparus d'innombrables nouveaux gourous, vendeurs de rêve, de loi d'attraction, de vibration quantique universelle et plus drôle encore, de rééquilibrages énergétiques vibratoires à distance. Le tout payable d'avance par Paypal, avec supplément pour les options de type "souffle divin".  Si si, cherchez vous verrez !

Revenons à la raison : pour une spiritualité authentique.

Bien revenons donc sur terre et oublions un peu toutes ces fadaises marketing. Dissocions également le fait religieux, construction sociale désormais multi millénaire, de la spiritualité. Pas facile de définir ce terme… Des guerres et des bains de sang ne sont toujours pas parvenus à en établir une définition, alors prenons la plus simple, celle du Larousse :

"Qualité de ce qui est esprit, de ce qui est dégagé de toute matérialité : La spiritualité de l'âme, de la poésie."

Simpliste ? Pas du tout. Cela recouvre toutes les activités humaines qui sont immatérielles, de la méditation à la prière – et ce quelle que soit la religion concernée. Forcément, dès que l'on touche à l'esprit humain gourous et charlatans sont légions, et même des dérives sectaires en tous genres réussissent à enfermer et manipuler les esprits de bien des gens, souvent fragiles, ou en quête d'absolu. Paradoxalement il n'y en a jamais eu autant qu’aujourd’hui, alors que le savoir scientifique, astronomique ou biologique n'a jamais été aussi grand !

 

Une parade aux gourous : le savoir et la culture.

Rien n'est pire que l'ignorance en matière de spiritualité, qu'elle soit proposée par une religion ou non. Et rien n'est pire que la totale méconnaissance de l'histoire religieuse pour générer malentendus, haines, renfermements identitaires voire une telle intolérance que cela peux mener à la guerre (ouvrez votre journal section "actualité" !)

Alors que faire ? Se cultiver ! Oui mais comment ? Dans nos pays, où la culture chrétienne domine, et tout particulièrement en France, force est de constater l'ignorance généralisée tant du fond, du message réel, que de la forme, à savoir les manifestation publiques (rassemblements, prières, liturgies, etc).

Il faut dire que les églises traditionnelles n'ont pas fait beaucoup d'efforts, jusqu'à une période récente, pour réactualiser leur message, encore englué dans une carapace, un verni moyenâgeux dont les images font plus sourire – ou peur ! – que d'apporter un éclairage spirituel applicable à notre monde moderne. Serait-ce cela la porte ouverte aux gourous en tous genres ? Possible. C'est donc à cette tâche que devraient s'atteler ces institutions, si elles veulent que leur message puisse avoir une quelconque chance d'être entendu….

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *