Suivre l’information est devenu un parcours du combattant

Par Nico Durand le 24 janvier 2019
information dense

On disait du XXème siècle que l’on étant dans la société de consommation. Si cela reste toujours très vrai aujourd’hui, la société du XXIème siècle est celle de l’information. Nous sommes noyés sous les flux de données et les informations en temps réel. Entre les chaînes télé en continu et les murs de nos réseaux sociaux. Cette célérité et cette indigestion peuvent être dangereuses. On pas le temps de traiter cognitivement la donnée, ni de la vérifier. Cela peut conduire à certains abus.

L’indigestion des chaînes d’information en continue

Populaire depuis quelques décennies aux Etats-Unis, les chaînes d’information en continu sont arrivées dans le paysage médiatique français dans les années 2000. Depuis, le flux ne s’est jamais arrêté. Nous sommes sans arrêt sujet au choix éditoriaux transmis depuis les studios parisiens de ces grands médias.

Ces chaînes fonctionnent sur des cycles pour développer des arcs narratifs d’information, contraintes par leur format. Cela signifie que si l’on ne s’attache qu’à elle pour comprendre le monde, on ne perçoit que ce qui traverse le filtre des rédactions.

Il est essentiel de ne pas en faire une source exclusive. Il existe d’autres flux d’information continu qui offre des angles différents comme les chaînes locales à l’instar de télé Nantes ou TV Layon par exemple.

Internet, si facilement manipulable

« Avec internet, le monde va pouvoir se parler et devenir une sorte de village planétaire ». Cette vision prophétique émise dans les années 60 a bien du mal à se réaliser même si on est tous capables de se parler.

Certains ont bien sût exploiter ces facilité d’expression pour la transformer en canaux d’influence. C’est ce dont des pays comment la Russie sont accusés. Via les réseaux sociaux mais aussi de nombreux blogs, des personnes mal intentionnées peuvent créer d’importants volumes de messages pour influencer notre perception de l’opinion de la population.

Cela influence ensuite nos propres croyances et nos orientations politiques. Et les forces d’influence sont nombreuses sur les réseaux numériques, que ce soit à des fins marketings ou pour suivre des objectifs politiques.

Les sphères d’auto-conviction des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont utilisés comme de formidables outils de transmission de l’information. On les utilise pour communiquer avec ses proches, découvrir leurs opinions et de plus en plus, pour se connecter en direct à des sources d’information. Il peut s’agir de médias ou d’influenceurs.

L’objectif des réseaux sociaux est mercantile. Leur objectif est de gagner de l’argent. Pour cela, ils distribuent de la publicité. Ils doivent donc s’assurer que vous reveniez le plus souvent possible et que vous restiez longtemps.

Pour cela, ils se sont rendu compte qu’il fallait diffuser ce que l’on souhaitait voir. Cela rendait le site plus accueillant et agréable. Par conséquent, plus on utilise ces réseaux, plus on perçoit du monde des opinions proches des nôtres et des faits qui rassurent nos croyances jusqu’à offrir une vision très tronquée des choses.

Avec la crise des gilets jaunes qui s’est développée massivement sur Facebook, cela a été très net : les personnes actives sur les réseaux ne voyaient dans leur fil que des infos positives sur les gilets jaunes.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *