Tarn-et-Garonne, la vraie réalité des surendettés

Par le 4 juillet 2019

En Tarn-et-Garonne, on a constaté un recul en ce qui concerne les dossiers reçus par les commissions locales de surendettement. Toutefois, 687 requêtes sont toujours en attente. Les créances se rapportent vraiment aux dettes auprès des organismes financiers, les crédits de consommation, les crédits immobiliers, les crédits auto…, par rapport à celles qui sont relatives aux diverses charges de la vie hebdomadaire telles que les loyers, les gaz, l’électricité… Dans la majorité des cas, soit aux environs de 84%, les dettes de paiement de mensualités figurent dans les dépenses quotidiennes.

Les surendettés du département

La vie des foyers surendettés se caractérise par une période difficile à chaque fin de mois. En effet, durant cette période, la majorité d’entre eux arrivent à peine à survire. Après les diverses dépenses obligatoires, telles que les impôts, les factures… il leur reste très peu, qui sont insuffisantes pour affronter la vie au quotidien. Dans le cas où le rachat de crédit reste inaccessible. En d’autres termes, si on ne considère pas cette solution, leur unique remède pour s’en sortir de leur piteuse situation c’est donc d’essayer de trouver une stratégie qui va leur permettre d’augmenter le paiement des mensualités ou encore de réduire à néant leurs dettes.

Dans le domaine de Tarn-et-Garonne, les ménages qui ont consulté la commission de surendettement possèdent en moyen 16 000 euros de dettes ou plus, dont les crédits immobiliers ne sont pas inclus. D’après le rapport annuel sur le propos, dévoilé par le directeur de la Banque de France à Montauban, les 40% des dossiers qu’ils ont reçus proviennent de salariés CSP+, notamment des actifs. Un fait qui reste surprenant, les personnes inactives n’ont déposé que 38% des demandes d’études des situations de surendettement. En effet, les majorités des surendettés vivent en couple. Il est aussi important de mentionner que plus de la moitié des surendettés du département de Tarn-et-Garonne vivent au sein de la zone toulousaine.

En 2018, les dossiers étaient en baisse

Durant ces dernières années, les rapports ont montré une considérable baisse sur les dossiers à traiter au sein de la commission d’endettement. En 2018, on a constaté un recul de 9,1% par rapport à l’an 2017, et entre 2017 et 2016, un recul de 9,5%. Et enfin, entre 2016 et l’année d’avant, on a constaté une baisse de 9,2 %. En fait, la baisse considérable des encours de crédit renouvelable, après l’application des différents dispositifs tels que la loi Lagarde depuis l’an 2010 et la loi Hamon depuis 2014, a vraiment participé au recul de demande de crédits à la consommation. Pour se renseigner, vous pouvez consulter votre agence. D’ailleurs, ceux-ci n’évoquent que 27,7% des factures non payées par les surendettés, tandis qu’en 200, ils étaient aux environs des 60%.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *