Installer une barrière anti-rhizomes pour les bambous

Par Philippe Pettignat le 14 juin 2018

Véritable haie occultante naturelle, le bambou apporte immédiatement une touche charmante et exotique à votre jardin. Cette plante vivace, robuste et vigoureuse, est très facile à entretenir.

Mais une petite ombre se cache au tableau : le bambou peut devenir très envahissant. Pour empêcher que cela se produise, il faut donc veiller à protéger son sol. C’est là qu’intervient la barrière anti-racines.

Voici donc les éléments à connaître afin de savoir pourquoi et comment installer une barrière anti-rhizomes qui vous évitera bien des dégâts.

Comprendre le bambou

La plupart des bambous que l’on trouve dans les jardins sont des bambous phyllostachys, lesquels ont la particularité de tracer et croître très rapidement. Si vous vous apprêtez à acheter ces bambous, ils offriront un décor végétal quasi permanent à votre jardin. Cependant, c’est une variété dite traçante, c’est-à-dire qu’une fois plantés dans le sol, ils prennent plaisir à développer des rhizomes et leur expansion ne connaît pas de limites. Spécifiquement lorsqu’ils se trouvent dans un sol silicieux ou sableux.

stop rhizome

Un rhizome est une tige souterraine rampante, qui se propage donc horizontalement, et qui peut donner naissance à de nouvelles pousses. Un véritable réseau souterrain se constitue, sous terre à l’abri du regard, jusqu’a ce que les tiges sortent de terre ! Le problème qui se pose est le suivant : la croissance rapide du bambou devient vite invasive si elle n’est pas contrôlée. En effet, cela peut compromettre, à terme, la structure de votre jardin et de votre terrasse mais aussi la pousse optimale des autres végétaux environnants, voire de ceux situés à l’autre bout du jardin.

Dès lors, il est plus que conseillé de stopper le développement racinaire du bambou, en posant au préalable une barrière anti-rhizomes. Mais pas de panique, il n’est jamais trop tard. Vous pouvez, malgré tout, installer cette barrière, même si vos bambous sont déjà plantés ou étaient présents originellement. Cela vous demandera simplement plus de travail, car il faudra tout déblayer et tailler.

Pour l’essentiel, retenez que votre jardin entier s’en portera mieux si un périmètre souterrain est défini pour votre bambou.

Se procurer les matériaux

Vous pouvez utiliser différents matériaux afin de créer cette barrière, comme des tuiles ou des briques maçonnées. Néanmoins, il s’agit d’un bricolage pour les personnes averties. Le moindre écart laissé par inadvertance serait l’occasion pour cette plante sournoise de s’infiltrer. Le plus pratique reste d’acheter une barrière prête à poser, disponible notamment en vente sur internet. C’est une barrière faite en toile spéciale assez épaisse, le plus souvent en polypropylène. Cette matière permet notamment d’éviter que les rhizomes ne transpercent la barrière. Elle est facile à mettre en place, solide et imperméable.

barrière anti-racines

Installer la barrière anti-rhizomes

L’installation de la barrière ne requiert que quelques étapes. Munissez-vous de votre bambou (et trempez la motte dans un seau d’eau afin de bien l’imbiber), d’une pelle et de la barrière anti-racines.

1re étape : creusez une fosse assez large, dont le diamètre dépasse aisément la motte du bambou à planter. Exemple de dimensions : un trou de 2 m sur 2 m avec une profondeur de 50 cm minimum.

2e étape : préparez la barrière anti-rhizomes en la posant à hauteur du trou, il faudra la caler car elle est rigide. Essayez de respecter une inclinaison de 15° environ pour faciliter la remontée des rhizomes à la surface du sol. Enfin, la barrière doit dépasser de 10 à 15 cm le niveau du sol pour éviter que les rhizomes ne poussent par-dessus.

3e étape : rebouchez le trou une fois que le bambou est installé, et ajoutez du paillage ou du compost tout autour du pied, sans oublier d’arroser ! L’idéal est de positionner chaque bambou à un mètre l’un de l’autre, surtout pour les espèces traçantes.

À vous de jouer maintenant ! Vous pouvez vous atteler à créer une ambiance « jardin japonais » par exemple, le bambou en est la pièce maîtresse. Et surtout, bon à savoir, la meilleure période pour planter le bambou correspond à la fin de l’été (où les grosses chaleurs sont déjà passées) jusqu’à mi-automne.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *