Interdiction des sacs plastiques : quel impact pour les entreprises ?

Par Sandrine Perfenteau le 22 août 2016
interdiction sacs plastiques en France

L’avenir des sacs fins en plastique

Suite à la loi concernant la transition énergétique, les sacs fins en plastique seront désormais interdits dans la distribution à partir du 1er juillet. En effet, l’interdiction des sacs plastiques va s’appliquer sur deux périodes. La première date à retenir est le 1er juillet 2016, où l’interdiction concerne les sacs plastiques fins distribués en caisse. La seconde date importante est le 1er janvier 2017 où l’interdiction concernera alors aussi les sacs d’emballage distribués en poissonnerie ou en boucherie, par exemple.

Concernant les sacs plastiques fins, ils font l’objet d’un énorme gaspillage mais sont aussi responsables d’un grave problème écologique. Selon le gouvernement, les chiffres sur la distribution de ces produits en caisse atteignent les 5 milliards par an. Ces sacs présentent un réel danger pour la faune marine vu qu’une partie d’entre eux se trouve dans l’océan et d’autres viennent ravitailler les énormes mers de plastique engendrées par de gisants courants marins. A partir du 1er juillet, seront interdits tous les sacs plastiques de moins de 50 µm d’épaisseur. Selon la loi en vigueur à ce jour (http://www.economie.gouv.fr/vous-orienter/particulier/consommation/sacs-plastiques-distribues-en-caisse-interdits-a-partir-1er), les sacs qui ont une épaisseur dépassant les 50 microns peuvent continuer à être distribuer sur le marché.

Qui va profiter de cette interdiction ?

Après l’entrée en vigueur de cette loi sur l’interdiction des sacs fins en plastique, il y déjà quelques secteurs qui vont semblent pouvoir en tirer des bénéfices. Ces secteurs peuvent se réjouir et remercier le gouvernement pour cette décision, car ils vont sans doute voir leurs commandes et leurs chiffres d’affaires s’améliorer. Fabricants des sacs papiers, de sacs biodégradables ainsi que de sacs tissus sont les prétendus bénéficiaires de cette loi sur l’interdiction des sacs fins en plastique.

Sac en papier

C’est la cas de société comme Segezha Packaging, un fabricant des sacs papiers, Euro Sourcing ou Créa’Pack des entreprises qui investissent dans la réalisation des sacs tissus personnalisables à usage commercial, des emballages en papier, de coffrets et autres type de boîtes. Les fabricants de sacs biodégradables font également partie des bénéficiaires de cette interdiction. Leur secteur d’activité est désormais en plein essor avec des commandes qui ne cessent accroître et un taux de productivité largement supérieur. À préciser également que les fabricants de sacs poubelles participent aussi avec engouement à ce développement, profitant de manière indirecte du fait que les populations utilisaient souvent ces sacs à usages uniques en petit sac poubelle.

Quel est son impact sur l’environnement ?

Les sacs fins en plastiques font partie des déchets que les volontaires nettoyant les littoraux dans le monde entier ont les plus collectés, selon le rapport d’étude de l’ONG Ocean Conservancy. Or, ces produits entraînent et affectent durablement l’ensemble de toute la biodiversité marine. Vu qu’ils ressemblent beaucoup aux méduses, ces sacs fins en plastique sont donc mangés, entre autres par les tortues marines, dauphins et oiseaux qui s’étranglent et s’étouffent. Presque 86 % des espèces de tortues de mer sont touchés par ce phénomène. Alors pour y remédier de cette situation affreuse, quelques entreprises se dirigeaient donc à la mise au point des sacs plastiques fragmentables, dégradables, bio fermentables et oxodégradables. Cependant ces sacs ne sont pas une issue pour sortir de cette situation. En effet, ils se fragmentent en millions de morceaux sous l’effet des vagues, du soleil et du vent puis se contractent au sens des courants marins et forme par la suite d’imposantes soupes de déchets que les espèces marines avalent après.

https://mobile.twitter.com/RoyalSegolene/status/748093063856259072

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *