Comment se pratique l’acupression

Par Alban Maregot le 21 octobre 2021
pratique acupression

L’acupression est l’une des thérapies les plus efficaces pour atténuer les troubles fonctionnels et renforcer les défenses naturelles de l’organisme. Dans cet article, nous nous intéressons à sa pratique sous tous ses angles. Quelle est cette technique qui allie efficacité et douceur ? Sur quels principes se base-t-elle ? Comment est-elle mise en pratique ? Telles sont les questions auxquelles nous répondons aujourd’hui.

L’acupression : une méthode thérapeutique naturelle

L’acupression ou digitopuncture est l’une des trois grandes disciplines de la médecine chinoise. Découverte à travers le recueil de Huang Di Nei Jing il y a 5000 ans, elle fait partie des thérapies conventionnelles les plus anciennes à ce jour.

La digitopuncture tire ses préceptes du Yin et Yang, de la loi des 5 éléments, les méridiens et les points d’acupressions. D’après ces concepts et lois, le corps humain est constitué d’organes Yin et Yang dont les forces sont à la fois complémentaires et opposées. Ces organes sont ravitaillés en énergie vitale appelée Qi, Ki ou Chi, laquelle circule librement dans l’organisme à travers 12 canaux énergétiques : les méridiens. Ces méridiens affleurent à des points spéciaux nommés points d’acupression, ce sont ces derniers qui sont stimulés lors des séances de digipuncture. Un point d’acupression est caractérisé par une forte concentration de Qi perceptible sous la peau. Il est scientifiquement établi que leur stimulation régule le fonctionnement des organes internes pour guérir les troubles fonctionnels et atténuer les douleurs.

Contrairement à la médecine occidentale, la digitopuncture ne requiert pas l’utilisation de médicaments synthétiques. Elle se pratique traditionnellement à l’aide de doigts et de mains. Avec la diversification des techniques de massage, il existe aussi des accessoires de digitopuncture.

Comment se pratique l’acupression ?

Comme nous le disions plus haut, la digitopuncture consiste à stimuler les points de forte concentration de l’énergie vitale qui affleurent sous la peau. Ces zones ne sont pas choisies au hasard, elles sont situées le long des méridiens, canaux énergétiques à travers lesquels circule le Qi.

La digitopuncture est une thérapie très encadrée. En France, pour exercer dans cette branche, il faut disposer d’un diplôme en acupression, lesquels sont délivrés par des instituts privés et reconnus par l’Etat.

En tant que branche de la médecine chinoise traditionnelle, la digitopuncture suit un protocole strict, en conformité avec des principes définis depuis des milliers d’années. La séance débute par une anamnèse détaillée du patient, pour reconstruire l’histoire de sa maladie. Ensuite, le praticien procède à un bilan énergétique à travers un processus à quatre étapes : observation, auscultation, interrogatoire et palpation. L’objectif est de déterminer les déséquilibres énergétiques en cause, et les localiser avec le maximum de précision possible. En fonction du diagnostic établi, le thérapeute va stimuler des points d’acupression spécifiques. En général, plus un thérapeute est expérimenté, plus il est précis. Non seulement il détermine mieux l’essence des déséquilibres dont souffrent ses patients, mais aussi, il se concentre sur un nombre de points limité. Par exemple, pour un même diagnostic, un praticien débutant peut travailler sur 12 points, alors que son collègue expérimenté n’en choisira que 4 ou 5. Il peut même arriver qu’un praticien se concentre sur un seul point d’acupression pour s’attaquer à l’ensemble des déséquilibres d’un organisme.

l’acupression

Des accessoires au service du bien-être

Dans sa forme traditionnelle, l’acupression se pratique essentiellement avec les mains et les doigts. Au fil des ans, elle a connu de nombreuses diversifications, et chacune d’entre elles comporte ses spécificités. Certaines de ces nouvelles techniques requièrent l’utilisation d’accessoires variés, en fonction des maux traités et des résultats attendus. Entre autres, on peut citer :

  • le tapis d’acupression ;
  • le coussin d’acupression ;
  • le stylo d’acupression ;
  • la bague d’acupression ;
  • les roulettes neurologiques à aiguilles ;
  • les tampons à aiguilles ;
  • etc.

Le « Do in » ou automassage

L’acupression peut aussi se pratiquer sur soi même, à condition de consacrer du temps à la maîtrise des techniques requises. Pour comprendre cet art de l’automassage, il faut étudier les disciplines telles que le Do In ou « Dôin » en japonais. Il s’agit d’un ensemble de techniques destinées à rétablir l’équilibre de l’énergie vitale à travers des mouvements et des respirations bien maîtrisés.

Pour utiliser cette technique de manière efficace et sans risque, il faut suivre des cours animés par des praticiens expérimentés, en ligne ou en présentiel. Ensuite, il faudra répéter les mêmes exercices plusieurs fois, pour développer de bons réflexes et manipuler les points d’acupression avec précision.

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *