Retour sur la libération des otages français au Liban

Par Sabrina Joly le 19 février 2019

« Des ravisseurs ont libéré deux otages français à l’ouest de Beyrouth vendredi », c’est la une de toutes les chaînes françaises ainsi que les journaux après la libération des otages français à Beyrouth en 1988.

Jean-Louis Normandin

Âgé de 35 ans, Jean-Louis Normandin travail avec le réseau français Antenne-2 en tant que preneur de son. Il a été enlevé le 8 mars 1986

Roger Auque

Agé de 31 ans, un journaliste enlevé le 31 janvier.

Quelques déclarations

 » J’ai du mal à le croire », c’est la première réaction de Jean-Louis Normandin après des mois de prise en otage. A son arrivée à l’hôtel il est accueilli par l’ambassadeur de France M. Paul Blanc.

« Je veux seulement voir mes proches ». Barbu et vêtu d’un chandail jaune clair et d’un jean bleu, a décrit ses mois de captivité comme « un cauchemar». Antoine, le fils de Normandin, âgé de 8 ans, a déclaré à la télévision française que la libération de son père était « un très beau cadeau de Noël ».

Normandin, le second otage, a déclaré qu’il avait déjà tenté de fuir ses ravisseurs sans succès. Il a appris qu’il avait été libéré une heure avant sa libération et il a rencontré Auque pour la première fois dans le coffre d’une voiture quelques minutes avant leur libération.

S’adressant à la télévision nationale française depuis l’ambassade de France, M. Auque a déclaré que son épreuve était très difficile. C’était comme un cauchemar. Il y avait des jours où nous n’avions rien à boire ou à manger. Nous n’avons même pas été autorisés à aller aux toilettes pour nous laver.

La libération des otages

Après leur libération, les deux français se sont précipités au cœur de Beyrouth dans deux voitures de l’ambassade française à l’épreuve des balles. Des sources militaires ont déclaré que les deux hommes avaient été emmenés à la résidence de l’ambassadeur français fortement surveillé, où ils ont passé la nuit. Leur libération intervient après que l’Organisation pour la justice révolutionnaire pro-iranienne a déclaré dans un communiqué qu’elle libérerait deux Français, « à la suite des promesses de la France de modifier sa politique au Moyen-Orient et de répondre aux désirs et aux efforts de médiation de certains amis. »

Le président François Mitterrand annonce la nouvelle

A Paris, le président français François Mitterrand a exprimé sa joie de la libération des otages. Les Français qui n’oublient pas les épreuves de nos otages au Liban ont appris avec émotion votre libération , a déclaré Mitterrand dans un message.

Jean Charles Marchiani, l’auteur de la libération

La porte-parole a déclaré que Stephani était à Beyrouth depuis quelque temps, au cours de laquelle il avait négocié avec les ravisseurs. Selon des reportages à Paris, le vrai nom de Stephani était Jean Charles Marchiani, un ancien agent des services secrets français proche du ministère de l’Intérieur Charles Pasqua. Marchiani est impliqué dans les négociations pour la libération des otages français au Liban.

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *