Cancer des ovaires : un fléau mondial en énorme progression

Par Arnaud Narivelo le 12 novembre 2018

Le cancer des ovaires fait partie des maladies qui touchent la gent féminine après celle du sein, du côlon, de l’utérus et de l’estomac. D’après les sondages, 3500 femmes dans le monde entier décèdent à cause de la tumeur maligne des ovaires. Étant considérée comme silencieuse, cette dernière n’est détectée que lorsqu’elle est à un stade avancé dans la plupart des cas.

Quels sont les premiers signes du cancer des ovaires ?

Il est indispensable de connaitre les symptômes du cancer des ovaires pour recevoir les traitements à temps. Il est à noter toutefois que les signes sont peu spécifiques et varient d’un individu à un autre. Mais dans la plupart des cas, les femmes qui présentent des antécédents familiaux ont plus de risque de l’attraper. De fait, les gènes identiques transmis par le père ou la mère peuvent favoriser l’accroissement de la maladie chez leurs enfants. Ensuite, quand cette pathologie est à un stade avancé c’est-à-dire que les cellules cancéreuses se développent, le malade perçoit des douleurs inhabituelles, comme une sensation d’inconfort dans le ventre. Elle peut par exemple entraîner une perte d’appétit, provoquer des nausées, causer des ballonnements ou encore une douleur à l’estomac.

 

Le cancer des ovaires se manifeste également par des troubles gynécologiques comme le saignement vaginal, la constipation et l’envie pressante d’uriner. Enfin, certaines femmes peuvent sentir la satiété très rapidement quand elles mangent. Seule la consultation d’un médecin spécialiste ou d’un gynécologue permettra à une personne d’être fixée. Le professionnel lui recommandera des examens d’imagerie et une prise de sang. Sans oublier l’échographie pelvienne et transvaginale pour des réponses plus précises.

Quelles sont les différentes façons de prévenir cette maladie ?

Pour prévenir le cancer des ovaires, il est indispensable de mener une vie saine, c’est-à-dire qu’il faut éviter de fumer. Les individus doivent alors se rapprocher d’un spécialiste pour avancer. Il faut aussi privilégier les extraits naturels anticancéreux comme la Pao pereira, les fragments Arn, le Rauwolfia Vomitoria ou encore le Ginkgo Biloba. Ce sont des plantes qui sont efficaces pour lutter contre la néoplasie selon les recherches. Enfin, pour minimiser les risques de développer la maladie, il faut éliminer les matières grasses de son alimentation.

 

En effet, plusieurs études rapportent que l’obésité fait partie des facteurs qui engendrent cette tumeur maligne des ovaires. De ce fait, il est conseillé de privilégier les aliments riches en fibre et de faire des activités physiques afin de maintenir une masse corporelle normale. En outre, les toubibs encouragent la gent féminine à tomber enceinte dans le but de réduire le risque. L’allaitement protège également la femme de cette pathologie et du cancer du sein. Pour finir, la prise de pilules contraceptives pendant plus de 5 ans est un moyen efficace de prévenir cette maladie.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *