Comment faire un test de paternité ? Toutes les étapes à suivre

Par Bernard Billot-Lefebvre le 26 février 2020
test de paternité

Source de souffrance morale et de tourments, le doute sur la filiation peut tourner vite à l’obsession pour un père qui n’est pas sûr à 100% qu’un enfant est bien le sien. Pour lui, le test de paternité s’avère être la seule réponse aux questions qui le rongent.

Qu’est-ce qu’un test de paternité ?

Les tests de paternité, grâce aux profils ADN déterminent si un individu est le parent biologique d’un autre individu. Ces test font appel à une technologie pointue et précise pour déterminer la filiation. On procède à un test de paternité en partant du fait que 50% du matériel génétique de l’enfant vient de la mère et 50% vient du père.

Pour effectuer un test, on isole d’abord les marqueurs génétiques que l’enfant partage avec la mère. Les marqueurs restants doivent alors correspondre avec ceux du présumé père. Si les résultats du test de paternité affichent 0%, la probabilité de filiation est donc nulle. Le père n’est pas le père biologique de l’enfant. Si les chiffres indiquent 99,99%, il est incontestablement le père. Ces tests peuvent être réalisés même si l’échantillonnage sur la mère n’a pas été fait.

Le prélèvement d’échantillon du père et de l’enfant

La première démarche dans la recherche de paternité est de procéder au prélèvement d’un échantillon des deux individus concernés. Celui qui fait les prélèvements doit savoir comment faire un test de paternité, pour ne pas fausser les résultats. Les technologies actuelles permettent de faire des prélèvements et de réaliser un test de paternité avant la naissance de l’enfant.

faire un test de paternité

Quelles sont les méthodes possibles pour connaître la vérité ?

Le test qui identifie les empreintes génétiques est le plus courant. On prélève un échantillon de salive pour faire une analyse ADN. D’autres laboratoires comparent le sang du père et de l’enfant (typage des groupes sanguins ABO).

Si l’enfant est de sexe masculin, il est aussi possible de comparer le chromosome Y qui est hérité directement du père. Biologiquement parlant, tous les mâles apparentés ont les mêmes profils de chromosome Y. Ce type de test est peu pratiqué en recherche de paternité mais il peut aider. Il sert surtout à démontrer qu’il y a un lien de parenté entre deux individus. Or, lien de parenté ne veut pas forcément dire « père biologique ». Il peut être neveu, frère, oncle, etc.

Comment procéder au test de paternité ?

Vous pouvez commander votre kit sur internet ou l’acheter chez nos voisins les Belges ou les Suisses à des prix relativement bas. Une fois votre kit reçu, lisez attentivement les instructions qui indiquent comment faire un test de paternité. Lavez-vous ensuite les mains et séchez les minutieusement et enfilez des gants stériles. Procédez aux prélèvements des échantillons en frottant l’intérieur de la joue des deux personnes concernées avec les écouvillons (coton-tiges). Mettez les échantillons de salive ainsi prélevés dans deux enveloppes séparées : une avec la mention PERE et l’autre avec la mention ENFANT. Fermez ensuite les deux enveloppes et mettez-les dans une autre grande enveloppe, à l’adresse du laboratoire qui va faire le test ADN.

Il ne reste plus qu’à attendre les résultats qui vous parviendront par voie postale ou électronique de manière très discrète et anonyme. En France, faire soi-même un test de paternité est illégal. Il doit être uniquement fait dans le cadre d’une procédure judiciaire. Si d’autres refoulent leurs doutes en se disant que le vrai père est celui qui donne tout son amour et non son spermatozoïde, d’autres pour pouvoir avancer ont un besoin, presque vital de ces tests qu’ils appellent « peace-of-mind tests » ou test pour la tranquillité de l’esprit …

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *