Les techniques du doreur et le matériel de dorure qu’il utilise

Par Matthieu Resaut le 15 juillet 2019

Les Français admirent souvent ses réalisations, sans même soupçonner l’immense quantité de travail qu’elles ont nécessité. Encadrement, décoration de mobilier prestigieux, lustres étincelants, travail sur porcelaine et même sur de petites pâtisseries de luxe, la dorure sublime les reliefs et met en valeur le travail délicat de l’oeuvre. Aujourd’hui, dans cet article, nous avons choisi de mettre en lumière les compétences méconnues du doreur et ses outils.

Le métier de doreur

Restauration et création

Le doreur s’occupe de passer des supports à la précieuse feuille d’or, qu’il s’agisse de bois, de porcelaine et même du toit d’un bâtiment pour mettre en valeur les volumes, rehausser les reliefs et leur apporter une touche de raffinement. La dorure peut aussi bien concerner des créations do-it-yourself que la restauration d’objets anciens, d’ailleurs les artisans qui exercent cette activité sont sollicités dans des circonstances variées : ils peuvent ainsi mettre à profit leur expertise dans le cadre de la réfection d’une devanture de magasin en bois, répondre à la demande d’une collectivité qui souhaite redorer des encadrements anciens par exemple, ou le toit d’un bâtiment public appartenant au patrimoine historique, dorer des services entiers de porcelaine fine dans une manufacture, ou encore fabriquer des pièces uniques en atelier.

Le doreur restaurateur est capable de travailler avec toutes les couleurs d’or (jaune, vert ou blanc) et s’adapte aux pièces dont il a la charge. Il doit entre autres prendre en considération l’âge et l’état du support à restaurer, son style et l’époque qui le caractérise. Les plus qualifiés ont pour certains la chance de pouvoir redonner leur éclat d’antan à des pièces historiques véritablement exceptionnelles, comme la coutellerie des anciens aristocrates ou les encadrements de tableaux datant de la Renaissance.

Les techniques du doreur

Maîtriser ces techniques est déjà plus ou moins complexe à appréhender, mais il est indispensable de posséder le matériel de dorure adéquat, car la méthode d’application diffère selon le support que l’on va décorer. On peut aussi utiliser une cire à dorer, de la dorure liquide ou encore la dépose à la feuille d’or.

La dorure consiste en général à appliquer une feuille d’or martelée, d’une finesse extrême, sur un support préparé. Ces feuilles d’or sont extrêmement précieuses et fragiles, c’est pourquoi le doreur doit faire preuve d’une excellente maîtrise et d’une main sûre. Mais il existe également de l’or en coquille par exemple, sous une forme similaire à l’aquarelle, qui sera appliquée au pinceau sur le support, ou de la cire à dorer qui sera frottée.

La dorure à l’ancienne

Dans le travail de dorure, on commence par préparer minutieusement la surface qui va recevoir le métal précieux. Si on applique une feuille d’or telle quelle sur du bois par exemple, ou du métal, celle-ci n’adhérera pas, ce précieux matériau sera gâché et des manques inesthétiques apparaîtront dans la dorure. De plus, le moindre détail est susceptible de ressortir du fait de la finesse extrême de la feuille d’or, c’est pourquoi il convient de nettoyer, poncer et lessiver soigneusement le support jusque dans les petits recoins afin d’obtenir une dépose de l’or parfaite.

Pour une dorure à l’ancienne, on peut commencer par appliquer l’assiette, une pâte à base de terres que l’on mélangera à la colle (ici, la peau de lapin) qui permettra à l’or d’adhérer sur le support. L’assiette confère également une teinte supplémentaire à l’or, plus chaleureuse ou plus froide selon la couleur des terres (argiles) employées. Cette pâte s’applique à l’aide de la brosse à assiette, un pinceau spécifique à soies longues qui sert à déposer le mélange couche par couche jusque dans les petits recoins des sculptures, pour un cadre en bois très ornementé par exemple.

Pour s’assurer une dépose de la feuille d’or parfaite, on ponce soigneusement les couches d’assiette, puis on les lustre à l’aide du chien d’assiette, une brosse ronde plus dure : seule une surface parfaitement lisse permettra une dépose impeccable. Mais il n’est pas encore temps de poser les précieuses feuilles : l’assiette doit au préalable être mouillée à l’aide du pinceau adéquat avant de transférer les feuillets un à un sur le support humide. Enfin, le brunissoir en agate, de véritables pierres fines montées sur un manche en bois, permettra de fixer et polir la feuille d’or.

La dorure à la feuille d’or

Il existe également des mixtions à dorer à l’eau, à l’alcool ou encore à l’huile, qui remplacent l’assiette. Les feuilles d’or peuvent être collées après application du produit au pinceau. On peut utiliser cette technique pour combler les manques par exemple.

Les feuilles d’or sont extrêmement fines, délicates et précieuses : pour transférer les feuilles de métal en toute sécurité sur le support concerné, les palettes à dorer et les couteaux à dorer vous offriront un résultat optimal. Le coussin à dorer quant à lui préservera les précieux feuillets des courants d’air grâce à son papier de soie.

Il est possible de trouver tous ces éléments en kit, chez les spécialistes des loisirs créatifs et des fournitures d’art.

La dorure au pinceau

Pour déposer l’or fin sur un support comme la porcelaine ou la céramique, on utilise en général la technique de l’or en coquille, une précieuse dorure liquide qui s’applique au pinceau. À métal précieux, matériel de très haute qualité : les pinceaux à dorer se doivent d’être de qualité supérieure, à partir de petit-gris par exemple. La céramique ou la porcelaine sera ensuite émaillée et passée à la cuisson afin de fixer l’or. Enfin, après la dernière cuisson, les parties dorées à l’or fin seront passées au polissoir, ou brunissoir à agate, afin de révéler tout l’éclat de ce métal précieux.

Différentes applications de la dorure

La dorure sur bois

Pour des pièces constituées de ce matériau naturel, on utilise la dorure à l’eau ou la dorure à la mixtion. Le premier procédé, également appelé détrempe, peut aussi être employé pour des feuilles d’argent ou de cuivre. La deuxième méthode est souvent plébiscitée, car elle est bien moins onéreuse, mais il existe un compromis intéressant entre la dépose à l’eau et celle à la mixtion : la dorure à la gélatine.

La dorure sur métaux

La pose de l’or sur d’autres métaux s’effectue essentiellement de deux manières. Il peut s’agir de recourir au mercure, présenté sous forme de boulettes que l’on va mélanger à l’or avant de l’appliquer à l’aide d’une brosse métallique. Bien moins toxique, la méthode de l’électrolyse consiste tout simplement à transférer des particules d’or ou d’argent sur un support métallique, comme dans les manufactures d’argenterie de luxe. On protégera alors les parties que l’on ne souhaite pas recouvrir à l’aide d’une gomme spéciale, qui sera grattée après avoir sorti l’objet du bain.

La dorure sur verre

Pour les objets en verre ou en céramique, on utilise souvent la dorure par fusion. Une fois l’or liquide appliqué au pinceau, le support est ensuite passé au four : la température est soigneusement étudiée pour lier l’or avec son support tout en contrôlant le point de fusion des deux matériaux.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *