Opération de la thyroïde, que doit-on savoir ?

Par le 29 mai 2018

Les opérations de la thyroïde sont proposées aux personnes présentant des maladies de la thyroïde, y compris les pathologies cancéreuses ou des tumeurs bénignes (non-cancéreuses). Il existe principalement trois types d’opération :

  • L’ablation partielle ou lobectomie qui consiste à enlever la moitié de la glande thyroïde
  • L’ablation totale ou thyroïdectomie totale qui consiste à enlever tous les tissus thyroïdiens cancéreux

Voyons qu’elles sont les spécificités de chacune de ces opérations et leurs complications 

Bien s’y préparer

Bien que la chirurgie soit aujourd’hui une opération la plus pratiquée, elle comporte comme toute intervention chirurgicale des risques et complications. La chirurgie de la thyroïde n’est pas une opération anodine et nécessite une anesthésie générale. Avant tout, il est important de consulter un spécialiste de la thyroïde ou chirurgien endocrinologue. Ainsi, les renseignements indispensables au bon déroulemente l’anesthésie seront pris et les indications pré-opératoire et post-opératoire seront données.

L’opération en elle-même

Le type d’opération va dépendre de la méthode employée :

  • Chirurgie traditionnelle ou classique lorsque les tissus à enlever sont nombreux ou pour des cas complexes ; une opération qui nécessite de la part du chirurgien des précautions à prendre comme ne pas endommager les glandes parathyroïdes ou les artères thyroïdiennes par exemple

  • La chirurgie mini-invasive qui consiste à opérer avec une assistance vidéo ; cette méthode est préconisée lorsque la quantité de tissu à enlever est faible, le chirurgien est suffisamment compétent pour l’entreprendre, l’équipement chirurgical le permet et si cette nouvelle approche convient bien au patient.

En générale, l’intervention est rapide (1h30 à 2 heures) et ne nécessite que quelques jours d’hospitalisation. Pour une opération mini-invasive, les durées sont encore plus courtes. De plus pour les malades bénéficiant de cette méthode, la cicatrice est minime. Pour la chirurgie classique, il faut compter entre 6 à 12 mois de cicatrisation.

Quant aux complications suite à l’opération sont possibles, car le risque zéro n’existe pas. L’hémorragie et l’infection (moins de 1 % des cas) sont des risques très fréquents comme ceux liés à l’anesthésie. D’autres sont plus spécifiques, tels qu’une modification de la voix, une paralysie d’un nerf récurrent entraînant des troubles respiratoires ou de la déglutition. Enfin une hypoparathyroïdie peut survenir de manière transitoire dans 7 % des cas.

Pour tout savoir sur la chirurgie thyroïdienne, son opération et la vie des patients après le traitement chirurgical, l’Association « ESPOIRE » (EnSemble Pour l’Innovation et la REcherche), organise ses « Journées Espoire », réunissant des professeurs et spécialistes de la chirurgie digestive. Ces journées de colloques visent à présenter les dernières innovations et avancées en traitements chirurgicaux de la thyroïde. Au cours de la journée du 03 avril 2015, le professeur Bertrand Dousset, le professeur Lionel Groussin et le docteur Sébastien Gaujoux sont intervenus sur de nombreux sujets dédiés à la chirurgie de la thyroïde : les urgences en chirurgie endocrine cervicale, quel curage pour quel cancer de la thyroïde ?

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *