Routage et mailing postal : pourquoi la technique fonctionne encore ?

Par le 12 mars 2018

À l’heure du tout digital, les agences de communication semblent obnubilées par des prestations comme les newsletters ou le community management sur les réseaux sociaux. Si ces actions sont intéressantes dans de nombreux secteurs, il ne faut pas pour autant sous-estimer la capacité de moyens traditionnels comme le routage.

Qu’est-ce qu’un routage ?

Routage et mailing postal sont deux termes que vous retrouvez fréquemment pour désigner une même action : envoyer des courriers en masse.

Ces missions de routage pour entreprise prennent en compte plusieurs étapes comme le traitement de fichiers, l’impression des documents à envoyer, la mise sous pli, l’affranchissement, l’envoi.

Le travail manuel prend plus de temps que la confection d’une newsletter envoyée à des milliers de personne, mais les retombées sont bonnes quand la cible et le message sont bien choisis.

Pourquoi le routage fonctionne encore ?

Tout d’abord, il faut être conscient que malgré la démocratisation des technologies, toutes les catégories de personne ne sont pas encore à 100% sur le digital. Le meilleur exemple est les personnes âgées.

Ensuite, l’emailing possède un caractère éphémère que n’a pas un courrier. Sur un message, vous recevez généralement des douzaines d’emails par jour et la plupart finit en spam ou dans la corbeille. Si vous n’avez pas l’envie immédiate de consulter le message, vous le mettez de côté.

Pour un document publicitaire envoyé par courrier, les habitudes sont différentes. Souvent, on met de côté le prospectus sur une table et on le consulte plus tard. Les publicités sont encore très regardées et parfois, convertissent juste parce que la personne s’ennuyait et a voulu jeter un œil à votre offre. De plus, un courrier ne touche pas qu’une seule personne. Potentiellement, tous les membres du foyer vont être amenés à le voir, ainsi que les proches ou les amis qui viennent au domicile.

Certaines offres sont plus efficaces sur papier. C’est le cas de catalogues de produits ou des bons de réduction détachables. Les gens ont plus le réflexe de les découper et de les mettre dans leur sac à main, plutôt qu’imprimer un email reçu.

D’ailleurs, de plus en plus de fast-foods s’adonnent à cette technique de coupons. Ils ont vu à quel point cela suscitait une hausse des venues, alors que les promotions proposées sont souvent faibles.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *