Tout savoir sur les méthodes de contraception

Par Nico Durand le 4 décembre 2018

Longtemps tabou dans le passé, et toujours délicat à évoquer pour les jeunes de nos jours, la contraception reste un sujet d’actualité. Alors que l’âge du premier rapport sexuel évolue de manière décroissante au fil des années du côté de la femme et de l’homme, il est bon de connaître  les différents types de contraception et les réflexes à avoir en cas d’accident.

Qu’est-ce vraiment la contraception ?

La contraception est un ensemble de moyens permettant d’empêcher le début d’une grossesse après chaque rapport sexuel.

Ils existent d’ailleurs deux types de contraception, on y retrouve :

  • La contraception régulière, qui regroupe un ensemble de méthodes,
  • La contraception urgente, dans le cas où d’une grossesse non-prévue après un rapport sexuel.

La contraception régulière

Particulièrement actif sexuellement, vous pouvez vous protéger de la manière ponctuelle. Pour cela, ils existent différentes méthodes contraceptives possibles :

  • Méthodes contraceptives barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme ou cape cervicale) ;
  • Méthodes contraceptives hormonales (patch contraceptif, pilule, progestatifs injectables, stérilet hormonal, anneau vaginal) ;
  • Méthodes contraceptives sans hormones (stérilisation à visée contraceptive, préservatif masculin ou féminin, diaphragme ou cape cervicale, stérilet au cuivre, spermicides) ;
  • Méthodes contraceptives de longue durée (stérilet au cuivre ou hormonal, implant contraceptif).

Les deux méthodes les plus utilisées ne sont autres que le préservatif masculin et la pilule pour la femme. Cependant, certaines sont moins connues mais pour autant aussi efficaces.

La contraception d’urgence

Absence de contraception, préservatif qui craque, oubli de pilule… Ce genre de situation peut soudainement arriver et rapidement devenir problématique en cas de grossesse non désirée. Néanmoins, il faut savoir que vous pouvez avoir recours à différentes solutions pour éviter de tomber enceinte :

  • Pilule du lendemain ;
  • Contraception d’urgence ;
  • Contraception de rattrapage.

Bien connaître les périodes à risque

En cas de relation non-protégé, les risques de grossesse sont élevés. Il l’est davantage si vous êtes proche de l’ovulation au moment du rapport sexuel, si cela vient de se produire ou que cela va arriver, tout en sachant qu’un ovule vit, en moyenne, moins d’une journée. D’autant plus que les spermatozoïdes vivent environ 5 jours dans les voies génitales de la femme, de quoi féconder l’ovule si tel est le cas.

Il est donc fortement déconseillé d’avoir des rapports sexuels non-protégés pendant cette période-là. Cependant, il est compliqué de savoir exactement quand est-ce qu’une personne est en période d’ovulation, tout dépend de la personne et son cycle, s’il est régulier ou non. C’est pourquoi le risque de grossesse est omniprésent tout au long du cycle.

L’utilisation d’une méthode contraceptive lors de chaque rapport sexuel permettrait d’éviter une grossesse, et ainsi ne pas s’inquiéter. En revanche, sachez qu’un oubli de pilule pendant une période d’ovulation peut-être fatal pour tomber enceinte.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *