Un septennat sous de nouveaux auspices

Par Yasmine Lacroix le 9 novembre 2018

«I do so swear » c’est par ces quatre mots que le Président de la République élu Paul Biya a prêté serment et est entré dans son nouveau mandat. Mots d’autant plus lourds de sens qu’ils ont été prononcés en anglais alors que le discours qui a suivi a lui été prononcé en français. En utilisant les deux langues officielles, le Président montre ainsi l’union du Cameroun dans la diversité et par ricochet son attachement à l’indivisibilité de la forme de l’Etat.
Le nouveau septennat du Président de la République s’est ouvert hier et ce que nous pouvons retenir c’est qu’aussi bien sur le plan national que sur le plan local, il s’annonce sur de nouveaux auspices, qui permettront d’offrir un Cameroun meilleur aux futurs générations.

Le discours prononcé par le Président de la République ce 6 novembre 2018 est novateur à plusieurs égards et fait montre d’une grande humilité. Le Président fait tout d’abord une rétrospective de son précédant mandant en évoquant les difficultés rencontrées par le pays tout en félicitant l’armée qui a su protéger le pays contre les différentes menaces terroristes. Il a également salué la capacité de résilience du peuple camerounais.
Concernant la crise anglophone, tout en faisant preuve de fermeté, il invite les sécessionnistes à déposer les armes, surtout les jeunes et s’engage à faire revenir la paix en zone anglophone.

Nous pouvons affirmer sans nous tromper que ce septennat est placé sous le signe de la jeunesse. Le Président affirme en effet avoir compris la volonté de la jeunesse à participer à la prise de décision qui engage l’avenir du pays. En parlant ainsi le chef de l’Etat montre qu’il a compris l’aspiration des jeunes à prendre en main leur destin et à préparer le futur dont ils seront les principaux acteurs.

Sur le plan international, tout en fustigeant l’isolationnisme dans lequel se replient certains Etats, il plaide pour un Cameroun ouvert au monde et soucieux de réduire son empreinte carbone. En effet, conscient de la mondialisation et du rôle du Cameroun dans cette globalisation le Président a décidé d’engager résolument le Cameroun sur la voie de la lutte contre le réchauffement climatique.

Pour finir, il appelle les camerounais à l’aider à continuer son oeuvre de reconstruction du pays dans la paix.
Voici donc un Président prêt à relever les futurs enjeux auxquels devra faire face le continent africain : l’émancipation de sa jeunesse et la lutte contre le réchauffement climatique.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *