Les pharaons d’Égypte : 9 souverains qui ont réussi

Par Alban Maregot le 28 juin 2022
pharaons d’Égypte

Tout au long de l’histoire, des hommes et des femmes ont été les pharaons d’Égypte. Cependant, les plus célèbres ne sont pas nécessairement les meilleurs souverains de l’histoire de l’Égypte ancienne. Selon les mots de notre expert Arthur Lambert: Jusqu’à ce que l’Égypte soit annexée par l’Empire romain en 30 avant J.-C., ces 9 souverains ont connu un grand succès et ont eu un impact incroyable sur leur royaume.

Pour mieux se plonger dans l’histoire de l’Egypte ancienne, il n’y a pas de petit secret dans les archives des machines à sous gratuites. La plus importante est Crown of Egypt qui vous ramènera dans l’Egypte ancienne où vous pourrez gagner 1024 façons différentes dans une disposition de 5×4. Ci-dessous, vous trouverez une liste des pharaons dont le règne a conduit à la prospérité de l’Égypte.

1-Nectanebo II – Le dernier souverain indigène d’Égypte

Nectanebo II, dernier roi égyptien de la 30e dynastie, a la malheureuse distinction d’être le pharaon qui a vu sa nation tomber sous la domination étrangère. Bien qu’il ait perdu le contrôle de l’Égypte, Nectabebo II a commencé son règne en tant que pharaon prospère. Il a supervisé de nombreux projets de construction et de restauration, en mettant l’accent sur les temples. Bien qu’une grande partie de l’art et de l’architecture soit restée traditionnelle, Nectabebo a également poursuivi la tendance au réalisme croissant des œuvres d’art qui avait débuté à la 26e dynastie. Pourtant, Nectanebo se heurte à la tâche impossible de se défendre contre l’immense puissance de l’Empire perse, déterminé à prendre le contrôle de l’Égypte.

Après avoir défendu son trône avec succès pendant plusieurs années, l’un de ses commandants mercenaires, Mentor de Rhodes, fait défection et rejoint l’avancée perse en 345 avant J.-C. Au même moment, plusieurs cités grecques acceptent d’envoyer des soldats pour soutenir la campagne perse. Les Perses vainquent les forces égyptiennes à la bataille de Pelusium et installent un satrape perse pour gouverner depuis Memphis. Nectanebo s’échappe, mais se réfugie au sud en Nubie. Il y resta probablement en sanctuaire jusqu’à la fin de sa vie. Un récit plus fantaisiste provient du roman d’Alexandre. Il insiste sur le fait que Nectanebo s’est enfui à la cour de Macédoine, où il a séduit l’épouse du roi, Olympias, et a engendré Alexandre le Grand lui-même.

2-Hatchepsout – Un puissant pharaon féminin

Bien qu’elle ne soit pas la première femme pharaon, Hatchepsout est l’une des plus populaires. Cinquième pharaon de la XVIIIe dynastie, son règne a été marqué par une grande prospérité. C’est aussi le règne le plus long de toutes les femmes pharaons. Les femmes souveraines restent rares et découragées en Égypte, mais Hatchepsout a créé un précédent pour les futures nobles dames égyptiennes. Certaines suivront ses traces. Hatchepsout a mené avec succès une campagne contre la Nubie. Elle a dirigé personnellement l’armée à au moins une occasion et a envoyé une expédition commerciale massive au pays de Punt. Hatchepsout a la particularité d’être l’un des bâtisseurs les plus prolifiques de l’histoire égyptienne. Elle a suivi et développé l’exemple d’Amenhotep dans la création de son extravagant temple mortuaire. Le temple marque un autre changement important, qui a fait passer la conception des temples mortuaires d’un objectif de grandeur monumentale à un objectif de culte actif.

3-Thoutmosis III – Le « Napoléon d’Égypte »

Thoutmosis a succédé à Hatchepsout, sa belle-mère, et a perpétué son héritage. Cependant, à la fin de son règne, lui ou son fils s’efforcèrent d’occulter une grande partie de son histoire. Il a régné pendant près de 54 ans, de 1479 à 1425 avant J.-C. environ, et a excellé dans l’expansion militaire. Thoutmosis avait été à la tête de l’armée égyptienne sous le règne d’Hatchepsout, et devint un général compétent. Il a lancé un minimum de seize campagnes sur une période de vingt ans, capturant environ 350 villes. Ses conquêtes englobent une grande partie de la Nubie, du Canaan et de la Syrie, et c’est sous son règne que l’Égypte atteint ses plus grandes limites territoriales.

Thoutmosis a également poursuivi la tradition familiale de grands projets de construction. Il commanda plus de cinquante temples et d’innombrables tombes pour les nobles. Certaines tendances artistiques amorcées sous Hatchepsout ne firent que s’accélérer sous Thoutmosis. Il fut le premier à adopter aussi complètement les piliers dans ses conceptions et supervisa la construction de la première structure de style basilique. Les tombes construites sous son règne sont les premières à être entièrement peintes au lieu de ne peindre que les sculptures en relief. Même la fabrication du verre a fait des progrès significatifs avec l’introduction de la formation du noyau. Cette technique utilise un noyau solide avec un support en forme de tige pour permettre la formation de verre fondu autour de celui-ci. Une fois le noyau solide, la tige est retirée et le noyau est raclé.

4-Akhenaton – Tentative de changement radical de la religion

Né Amenhotep IV, Akhénaton changea de nom pendant son règne de pharaon pour refléter son changement de religion égyptienne. Après cinq ans au pouvoir, Akhenaton déclare qu’Aton est une variante de la divinité suprême, Amon. Il changea son nom et commença la construction de sa nouvelle capitale appelée Akhetaten, qui signifie « Horizon d’Aton ». Dès la neuvième année de son règne, il avait radicalement rejeté toutes les autres divinités et établi une dévotion monothéiste uniquement envers Aton. Il a interdit toutes les images, à l’exception de celles représentant Aton, a détruit de nombreux temples et monuments dédiés à d’autres dieux, et semble avoir persécuté les adorateurs d’Amon. Il existe des preuves que de nombreux citoyens ont choisi de ciseler des images d’Amon sur leurs effets personnels plutôt que de risquer des représailles. Il a même donné à son fils le nom du dieu, Tutankhaten. La principale épouse d’Akhenaton était la mystérieuse et intrigante reine Néfertiti.

5-Horemheb – Re-stabilisation d’une Égypte ébranlée

Les changements apportés par Akhenten ne sont pas bien accueillis par la plupart des citoyens égyptiens. Après sa mort, son fils changea son nom pour refléter Amon plutôt qu’Aton, faisant de lui le célèbre Toutankhamon, ou Roi Tut. Toutankhamon est devenu pharaon à l’âge de huit ou neuf ans seulement et n’a régné qu’une dizaine d’années avant sa mort. Pendant cette période, il a commencé à inverser les politiques de son père, en ramenant la capitale à Thèbes et en ré-interrogeant les restes d’Akhénaton dans la traditionnelle Vallée des Rois. Son premier successeur, Ay, n’a régné que quatre ans environ. Ensuite, le pouvoir est passé à Horemheb, général des armées égyptiennes et dernier pharaon de la 18e dynastie.

Bien que Toutankhamon ait commencé à inverser le culte d’Aton, Horemheb le rejette sans équivoque. Il entreprend de vastes réformes internes. Il rendit un certain pouvoir aux prêtres d’Amon, nomma à nouveau des juges et des autorités gouvernementales régionales, et répartit la surveillance entre la Haute et la Basse-Égypte. Sa réorganisation minutieuse du gouvernement égyptien crée une répartition du pouvoir qui empêche toute autorité de contrôler unilatéralement le pays. Les changements radicaux d’Akhenaton avaient plongé l’Égypte dans le chaos et brisé sa domination sur le monde méditerranéen, mais Horemheb la restaura. Son œuvre a stabilisé la nation et a jeté les bases de l’ascension de la puissante et ambitieuse 19e dynastie des les pharaons d Égypte.

pharaon souverain

6-Piyé – Le premier roi nubien d’Égypte

Après les sommets de puissance et de prospérité des XVIIIe et XIXe dynasties, l’Égypte connaît un déclin lent et progressif. Le prestige des pharaons décline, les querelles entre héritiers et les guerres civiles déstabilisent la monarchie. La nation était donc mûre pour une invasion, et l’ancienne némésis de l’Égypte était impatiente de saisir l’occasion. Pendant de nombreux siècles, l’Égypte avait constamment alterné entre de fréquentes guerres et de courtes périodes de commerce pacifique avec ses voisins du sud, les Nubiens ou les Kushites. Le roi Kashta entreprit une prise de contrôle diplomatique de l’Égypte, et son fils, Piye, poursuivit l’œuvre sur le plan militaire. Il déclara une guerre sainte, dédiant sa campagne à Amon, et balaya le sud de l’Égypte. Son successeur, Shabaka, complète les efforts en conquérant également la Basse-Égypte.

Pourtant, dans ce cas, la domination d’une nation étrangère n’a pas eu un effet destructeur sur l’Égypte. Les rois nubiens avaient un grand respect pour la culture égyptienne. Ils ont fusionné leurs propres styles avec ceux de l’Égypte et se sont lancés dans des projets de restauration et de construction dans toute la région du Nil. Les souverains koushites ont ramené la construction de pyramides à grande échelle pour la première fois depuis le Moyen Empire, bien qu’ils aient préféré des structures plus petites. L’influence nubienne est également visible dans l’art de cette période, en particulier dans les représentations de pharaons portant des vêtements traditionnels nubiens, et dans les coupes plus profondes des sculptures en relief.

7-Djoser – Le premier constructeur de pyramides

Les détails spécifiques concernant Djoser sont limités, mais ses nombreux travaux archéologiques racontent son histoire. Il fut le premier roi de la troisième dynastie d’Égypte, régnant vers 2600 avant J.-C. et conservant le pouvoir pendant vingt à trente ans. Au cours d’une série de campagnes militaires réussies, il a d’abord sécurisé les frontières de l’Égypte. Il s’est ensuite attaqué aux territoires voisins, conquérant des parties de la Libye et de la péninsule du Sinaï. Les légendes racontent qu’il a sauvé l’Égypte d’une famine de sept ans en reconstruisant le temple de Khnoum, le dieu de la source du Nil, sur l’île d’Éléphantine. Le mythe est consigné sur la stèle de la famine, construite des centaines d’années plus tard, sous la dynastie ptolémaïque. Le développement de cette légende, même en période de grandes difficultés, témoigne de la popularité de Djoser en tant que pharaon.

Une fois que le pays a connu la paix et la prospérité, Djoser a porté son attention sur des projets de construction. Il a commandé de nombreux tombeaux, temples et monuments, mais son plus grand héritage est l’introduction de l’édifice qui est devenu synonyme de l’Égypte ancienne – la pyramide. Sous la direction d’Imhotep, le premier architecte nommé dans l’histoire, les plans rectangulaires de la tombe de Djoser ont donné naissance à la pyramide à degrés. C’était une merveille d’architecture et d’ingénierie pour l’époque, le tout premier concept de structure pyramidale ainsi que la première utilisation de grands blocs de calcaire dans la construction. La pyramide à degrés était l’ancêtre de toutes les pyramides égyptiennes à venir.

8-Khufu – La création d’une merveille du monde antique

Deuxième pharaon de la 4e dynastie d’Égypte, Khéops a régné environ un siècle après Djoser et a porté les innovations de son prédécesseur à de nouveaux sommets. Les archives historiques sont divisées au sujet de Khéops. L’historien grec Hérodote affirme que le règne de Khéops fut marqué par la tyrannie et l’oppression. Il suggère même que Kheops prostituait sa fille pour pouvoir financer ses projets de construction. Cependant, les archives égyptiennes ne sont pas de cet avis ; elles le décrivent comme un souverain plutôt bienveillant, et la popularité de son culte funéraire suggère également qu’il n’était pas un tyran violent. La seule chose absolument certaine de Kheops est qu’il a fait construire la première pyramide de Gizeh, la Grande Pyramide. Elle est la plus grande des trois et figure parmi les sept merveilles du monde antique. Ironiquement, la seule statue de Kheops qui subsiste est la plus petite sculpture royale égyptienne jamais découverte.

9-Ménès – Le premier pharaon d’Égypte

Ménès a un statut similaire à celui de Romulus et Remus à Rome. Légendes et mythes entourent son règne, et la frontière entre réalité et fiction est souvent délicate. Les Égyptiens considéraient Ménès comme le tout premier pharaon égyptien, du moins le premier humain, dont le règne était transmis directement par le dieu Horus. Diverses traditions historiques lui attribuent la fondation de la capitale Memphis, l’introduction du culte des dieux et l’invention de l’écriture. Un récit encore plus coloré raconte que Ménès fut un jour attaqué par ses propres chiens alors qu’il chassait. Il sauta sur un crocodile pour s’échapper, qui lui fit traverser le lac Moeris. En remerciement, Ménès a fondé la ville de Crocodilopolis. On dit qu’il a régné pendant soixante-deux ans et qu’il a été tué par un hippopotame.

Malgré ces récits fantaisistes, les historiens pensent que Ménès était un individu réel. Les légendes sont apparues plus tard, brouillant le personnage historique. Le consensus historique général croit que Ménès est soit le nom personnel, soit un titre honorifique du pharaon Narmer, qui a uni la Haute et la Basse-Égypte, fondant ainsi la première dynastie officielle, vers 3000 avant J.-C. Narmer est bien attesté dans diverses découvertes archéologiques. La plus célèbre d’entre elles est la palette de Narmer, qui représente un Narmer conquérant unifiant l’Égypte par la guerre. Malgré cela, il semble que son unification ait été en fait pacifique, accomplie par la diplomatie et le mariage avec la princesse Neithhotep de Naqada en Basse-Égypte. L’image du héros conquérant est probablement une représentation ultérieure et symbolique. Quelle que soit la méthode utilisée, Narmer a réussi à créer le royaume d’Égypte et à rendre possible la grande civilisation à venir.

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.