Buéa, la capitale de la région Sud-Ouest du Cameroun

Par Yasmine Lacroix le 21 août 2018

La ville de Buéa est située sur le versant Est du Mont Cameroun et lors du dernier recensement de 2005, la cité comptait 90 088 habitants et en élargissant sur toute la commune, 131 325 personnes. Son histoire est largement influencée par sa position géographique, à 1000 mètres d’altitude, qui lui confère une certaine fraîcheur.

 

De Gbéa à Buéa, une localité Bakwéri et capitale coloniale allemande

 

Buea, à l’origine orthographié « Gbea », a été fondé par un chasseur originaire de la région de Bomboko.

Venu du côté Bomboko du Mont Cameroun, il fut émerveillé par l’endroit et il a donné ce nom « Ebe’eya », signifiant littéralement « lieu des événements ».

 

L’un des chefs éminents des Bakweri à Buéa fut Kuva Likenye. La résistance Bakweri qu’il organisa contre les troupes allemandes demeurent populaires encore jusqu’à aujourd’hui.

 

Du fait de son altitude, lui conférant un climat plus frais, Buea fut choisi pour être la capitale coloniale du Kamerun allemand de 1901 à 1919, puis la capitale du Cameroun méridional de 1949 à 1961 et la capitale du Cameroun occidental jusqu’en 1972, date à laquelle Ahmadou Ahidjo a aboli la Fédération du Cameroun. L’administration coloniale allemande à Buéa a été temporairement suspendue pendant l’éruption du mont Cameroun du 28 avril à juin 1909.

 

Le sujet d’enjeux politiques

À l’origine, la population de Buéa était principalement composée des Bakweri. Cependant, en raison de son statut de ville universitaire et de capitale régionale, il existe un nombre important d’autres groupes ethniques.

 

En septembre 2017, la République fédérale d’Ambazonie a déclaré son indépendance du Cameroun, avec Buea comme capitale, et depuis tente de s’y introduire.

 

Si historiquement, la ville est symboliquement chargée pour les séparatistes, le paradoxe est qu’en tant que capitale de la région Sud-Ouest, elle est avant tout la cité principale de la région anglophone la plus hostile à la moindre idée d’indépendance, et reste attaché à l’unité du Cameroun.

 

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *