Comment trouver un avocat francophone en Israël ?

Par Arnaud Narivelo le 27 août 2018

La pérennité des échanges entre l’Europe et le Moyen-Orient encourage de plus en plus d’investisseurs et d’entrepreneurs à venir s’implanter dans des pays à fort potentiel comme Israël. La Terre sainte fait actuellement partie des plus grandes destinations d’Asie de l’Ouest en matière d’offshoring et d’investissements étrangers. Fiscalité allégée, démarches de création d’entreprises simplifiées, contexte politico-économique favorable, le pays affiche de multiples avantages. Cependant, il peut arriver qu’en raison d’un litige ou d’un incident imprévu, les étrangers sont confrontés à (ou amenés à entamer) des procédures judiciaires. L’accompagnement d’un avocat spécialisé sera essentiel dans une telle situation. Mais quand on est français et quand on veut échanger avec un professionnel qui parle notre langue, comment dénicher un expert francophone en Israël ?

Opter pour des solutions pratiques

L’idéal serait que l’on ait des proches ou des amis qui ont déjà eu à affronter le même problème. Dans ce cas, le bouche-à-oreille est la solution tout indiquée. C’est plus facile de se fier aux recommandations des personnes qu’on connaît. Toutefois, quand on fait face pour la première fois à des procédures judiciaires en Israël, on peut directement se référer aux annuaires locaux ou au site de l’ambassade (si l’établissement propose ce genre de service). Bien sûr, le plus efficace sera toujours d’accéder aux sites des cabinets en ligne qui proposent des services d’avocat Israël francophones.

Ces plateformes s’apparentent aux sites de barreau qui regroupent les experts installés auprès d’un tribunal de grande instance comme celui d’Ashdod et de Netanya. Le statut, les spécialités et les coordonnées des avocats y sont détaillés pour plus de praticité. Afin de mieux affiner la recherche, l’astuce est de préciser le domaine d’expertise dans lequel on souhaite être accompagné. Il est important de préciser que le droit israélien se différencie du droit français sur de nombreux points. Néanmoins, en plus de la législation nationale, l’avocat devra aussi maîtriser le droit international dans diverses branches.

Pratiquement, les domaines d’expertise vont tourner autour de 4 axes : l’immobilier (location, acquisition, gestion), le secteur du commerce et des affaires (contrats, baux, franchises, litiges et autres), la fiscalité et le cadre personnel (successions, droit de famille, divorce et autres). Pour finir, le barème des tarifs peut varier d’un professionnel à un autre. Mais outre le prix, le choix devra tenir compte de l’expérience du spécialiste et de sa notoriété.

Comment la collaboration va-t-elle se dérouler ?

La démarche à suivre est plus ou moins similaire à celle des avocats en France. Une fois que l’on a sélectionné et contacté son avocat, on peut demander un rendez-vous ou choisir une solution en ligne. La deuxième option est plus intéressante, car le client n’aura même pas à se déplacer. Il lui suffit d’expliquer sa situation via le site. L’expert va ensuite traiter la requête en reformulant le problème en termes juridiques et en demandant plus de précisions si c’est nécessaire. Le respect du secret professionnel est l’un des principes prônés par les spécialistes de la législation en Israël. Le client peut totalement se confier à son avocat et obtenir un accompagnement adapté.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *