Étêtage d’un arbre ou la taille de la cime : ce que vous devez savoir

Par le 9 avril 2019

La taille ainsi que le volume d’un arbre peuvent causer des problèmes sérieux pour les voisins, mais aussi pour le propriétaire lui-même. Pour résoudre ce type de problème, principalement lorsqu’il s’agit d’un arbre adulte, l’élagueur propose de procéder à l’étêtage du végétal. Dans cet article, vous trouverez les points essentiels à propos de cette opération très délicate.

Découvrez ce qu’est l’étêtage d’un arbre

Dans le jargon, l’étêtage est l’opération réalisée par un professionnel en élagage tel que cet élagueur expérimenté qui se trouve dans le 91 et qui se traduit par la suppression de la flèche d’un jeune arbre. Effectué pendant qu’il est encore en pleine croissance, il constitue la solution pour maîtriser le développent en hauteur d’un végétal. Généralement, la taille de la cime est décidée pour la création d’une tonnelle ou d’un arbre têtard. Elle est également appliquée si le propriétaire a comme projet d’obtenir un gobelet ou une tige.

Dans de nombreux cas, toutefois, certains propriétaires décident de couper la cime des végétaux adultes pour des raisons totalement différentes, notamment pour ne pas perturber le passage de fils électriques, pour limiter la taille d’un végétal qui n’a pas fait l’objet d’une taille de croissance lors de son jeune âge, et bien d’autres comme l’augmentation de la partie ensoleillée ou encore la limitation de la prise au vent.

Quelles sont les conséquences de l’étêtage d’un arbre ?

Le recours à l’étêtage est dans certains cas obligatoire. Il en est par exemple lorsqu’il s’agit d’un arbre fruitier et qu’il est nécessaire d’adapter sa taille de manière à ce qu’il soit possible de cueillir les fruits. Cette décision est alors prise lors de la période au cours de laquelle son propriétaire doit le former.

Dans le cas d’un étêtage tardif, c’est-à-dire que le végétal est déjà devenu un arbre adulte, la taille de la cime est une mutilation de ce dernier. Les élagueurs déconseillent la réalisation de ce procédé, car les conséquences de cet étêtage sont irréversibles. Si l’arbre réagit positivement, il se forme plusieurs flèches à la place de la cime coupée.

Mais dans la plupart des situations, ce n’est pas le cas. La taille de la cime crée une plaie ouverte qui ne peut plus se cicatriser. La pourriture attaque lentement le végétal depuis le sommet et descend vers son pied. Il en résulte alors un risque potentiel de casse de branches.

Si le développement d’une multitude de rejets est constaté à la place de la cime, attendez-vous à l’apparition de bois morts.

Quid du processus de coupe de cime    

Tout d’abord, vous devez savoir que la coupe de la cime ne doit être effectuée que sur un tronc dont le diamètre est inférieur à 3 cm de diamètres. Ensuite, pour que la cicatrisation soit la plus parfaite possible, procédez à l’étêtage uniquement pendant l’hiver. Le choix d’opérer pendant la saison hivernale s’explique aussi par l’apparition de nouvelles pousses dès que le printemps arrive.

Pour couper la cime, il est conseillé d’utiliser un sécateur. Veillez à l’aiguiser avant de pratiquer une coupe en biais. Ce type de coupe est vivement recommandé pour rendre plus facile l’écoulement des eaux en cas de pluie.

Pour une meilleure redirection des flux de sève, l’élagueur pratique ce qu’ils appellent un crantage. Le crantage est une technique permettant une stimulation du démarrage de bourgeons. Ces derniers formeront plus tard les charpentières.

Dans tous les cas, faites appel à un élagueur professionnel pour la coupe de la cime d’un arbre, qu’il s’agisse d’un végétal adulte ou encore en pleine croissance. Pour en trouver un, adressez-vous à des internautes en vous rendant sur des plateformes dédiées.  

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *