La situation épidémique en France pour l’hiver 2018-2019

Par Camille Lafranger le 23 novembre 2018

Avec l’arrivée du froid, les unités hospitalières sont sur le qui-vive pour assurer la prise en charge des épidémies de l’hiver. Alors que les premières maladies de l’hiver se développent dans la partie nord de la France, certaines régions sont encore relativement épargnées. Les plus jeunes et les plus âgés sont particulièrement exposés au risque et les effets peuvent être dévastateurs pour certains. Les premières campagnes de vaccination sont désormais lancées.

Les maladies les plus fréquentes

Les maladies hivernales tardent à arriver, ce qui soulage les professionnels de santé. Cela est principalement dû à l’été indien qui s’est prolongé en France jusqu’au début du mois de novembre. Néanmoins, l’arrivée des premiers froids dans la partie nord du pays commence à faire augmenter le nombre de cas de gastro-entérites. Pour le moment, les marqueurs de la grippe sont au vert, mais les médecins veulent rester vigilants et le ministère de la Santé continue de soutenir les campagnes de vaccination notamment pour les personnes sensibles comme les enfants et les personnes âgées. Pour le moment, deux régions sont relativement bien épargnées : la pointe de la Bretagne et le sud-ouest.

L’arrivée de nouveaux microbes

Nous ne sommes pas à l’abri de voir arriver de nouvelles maladies et de nouveaux virus. C’est ce qu’affirme le Professeur Didier Raoult qui est un spécialiste des maladies infectieuses. Il est le directeur et le fondateur de l’IHU méditerranée infection à Marseille. Il s’agit d’un institut de recherche qui travaille uniquement sur la microbiologie. Depuis 2011, ce sont pas moins de 421 espèces de bactéries nouvelles qui ont été découvertes dans ses laboratoires. 

La prévention des épidémies rares

Face à ces nouvelles découvertes, les spécialistes tentent d’élaborer des actions préventives et des scénarios d’urgence pour prévenir les épidémies graves. Certains virus qui avaient été éradiqués reviennent dans certaines régions du monde et l’IHU méditerranée a découvert 9 virus géants sur les 11 qui existent actuellement dans le monde. C’est un chiffre assez alarmant, car les possibilités de voyage et de transport aujourd’hui sont un facteur de propagation rapide qui n’existait pas à l’époque.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *