Monter sa start-up : quand l’impossible devient possible


Accueil > Entreprises, services, et conseils

Monter sa start-up : quand l’impossible devient possible

Jose Daphinel - le 6 avril 2018 - 0 commentaires

On a besoin des entrepreneurs et en particulier des jeunes entrepreneurs, de leur goût du risque. Cet entêtement invraisemblable qu’il y a chez les jeunes est indispensable. Ne changez rien. Le pays a besoin de vous car vous savez prendre des risques, vous portez des valeurs dont nous avons besoin. La France a besoin du culot des jeunes entrepreneurs”

Emmanuel Macron, s’adressant à la nouvelle génération d’entrepreneurs.

Un fossé entre volonté entrepreneuriale et passage à l’action

La France est-il le pays des entrepreneurs ? Avec 14% des citoyens souhaitant fonder leur entreprise, ce n’est pas l’envie qui manque ! Pourtant, un décalage subsiste entre volonté et passage à l’acte. En effet, seulement 3% des citoyens ont des activités entrepreneuriales. Un écart bien plus important que chez nos voisins Européens. Ainsi les deux chiffres sont très proches en Allemagne, avec 6% d’intentions entrepreneuriales et 5% d’activités d’entrepreneuriat. La correspondance est même parfaite en Grande Bretagne, où l’intention et la réalisation atteignent tous les deux 7%.

Les banques inadaptées au financement des start-up

Quels sont donc les freins qui perdurent en France ? Une des explications est la difficulté d’accès au financement pour les entrepreneurs en herbe. Trop petits pour accéder aux marchés financiers et trop risqués pour les banques traditionnelles ! En effet, le banquier exige souvent de nombreux requis : expertise du secteur, apport en capital, garanties par hypothèques ou cautions. Autant d’obstacles souvent insurmontables pour un jeune entrepreneur armé de ses seuls volonté et business plan.

Un vent nouveau souffle sur le financement des entreprises

Le marché du crédit est aujourd’hui en pleine mutation. De nouveaux acteurs viennent en effet chambouler un secteur jusqu’alors sclérosé, en proposant des solutions de financement novatrices. Qu’apportent-ils donc aux entreprises ? D’abord, ils facilitent l’accès au crédit, en particulier pour les petites structures. Ensuite, ces acteurs sont généralement plus réactifs que les banques classiques, et proposent ainsi d’accélérer des démarches précédemment pesantes. Par conséquent, la prise de risque devient possible !

Les business angels parient sur l’avenir et l’innovation

Une première solution pour financer sa start-up est de faire appel à des business angels (investisseurs providentiels en français). Qu’est ce qu’un business angel ? C’est un individu, généralement un ancien entrepreneur, qui soutient financièrement de jeunes start-up innovantes. L’un des plus connus en France est Xavier Niel, fondateur de Free, à travers son fond Kima Ventures. Outre les capitaux, les business angels apportent également leur expérience et leur réseau. Ils interviennent dans la phase de création ou de développement de l’entreprise. Leur participation à une levée de fond peut atteindre jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros. Une fois la jeune pousse bien lancée, ils se retirent en revendant leurs parts.

Le financement participatif ou le financement pour et par tous

Une autre possibilité est de recourir au crowdfunding. Son principe est de mettre en relation, via une plateforme en ligne, des porteurs de projets et des investisseurs. La récolte des fonds se fait alors par le don, avec ou sans contrepartie. Les principaux atouts du crowdfunding en font une solution particulièrement adaptée aux jeunes entrepreneurs. Il n’y a d’abord aucune garantie à apporter. Seules la pertinence, l’originalité et la qualité du projet sont pris en compte. L’argent est également disponible en quelques heures. La seule contrainte, certes assez lourde, est celle du reporting régulier.

Une fois que votre entreprise a atteint les trois années d’existence, vous pouvez alors recourir au crowdlending. Cette solution se distingue par les modalités de levée des fonds. Ces dernières se réalisent en effet via le prêt avec le versement d’intérêts pour l’investisseur. Pour l’entrepreneur, l’avantage du crowdlending est de faciliter et accélérer le financement de ses projets. Une solution idéale pour alimenter sa trésorerie, acheter un véhicule professionnel ou obtenir des ressources pour se développer à l’étranger. Comment trouver les meilleures plateformes afin de se financer? Des sites web comme www.fin-track.com classent ces dernières en fonction des avis utilisateurs. Vous y trouverez des infos provenant de personnes ayant été dans votre cas. Des retours d’expérience précieux de porteur de projet à porteur de projet.

Maintenant que vous savez comment faire, c’est un monde d’opportunités qui s’ouvre à vous. Vous découvrirez également que la mentalité française, traditionnellement pas très portée par l’entrepreneuriat, a évolué depuis quelques années.







Vous avez aimé cet article, recommandez-le à votre réseau :



about the author

Laisser un commentaire