Pêcheurs, ce carnet est fait pour vous

Par le 30 janvier 2019

Lorsque l’on part à la pêche, seul ou entre amis, voire entre père et fils, c’est avant tout pour se faire plaisir. Quand on y va avec ses copains, en général on aime bien impressionner les autres, sortir de plus belles pièces qu’eux, mais ce n’est jamais vraiment une compétition. C’est en général plutôt bon enfant. Quand on y va en famille, c’est avant tout pour le partage, celui d’un moment en tête-à-tête, en pleine nature, loin de tout ce qui fait la vie habituelle d’une famille. Seul on part pour se ressourcer, pour trouver le calme, la paix de l’âme, entrer en communion avec la nature… mais en général avec l’envie tout de même de revenir soit avec une bonne friture, soit avec un poisson que l’on pourra ensuite cuisiner pour les siens. 

Un carnet pour recenser les poissons

C’est pourquoi les pêcheurs sont sensibles à ce qui les entoure, à l’environnement qui se trouve au bord de l’eau comme à tout ce qui vit dans la rivière. On n’est jamais à pour ramener le plus de poissons possible, car ce n’est pas une affaire de survie, juste de bon temps : on ne vit plus de la pêche parce que l’on y va pour ses loisirs. On a donc besoin de ce carnet de pêche émis par la fédération chasse sous-marine passion parce qu’elle recense les populations de poissons de mer et donc qu’elle indique dans les pages de ce carnet celles que l’on peut librement pêcher, toutes proportions gardées bien sûr, et celles auxquelles il ne faut surtout pas toucher, parce que leur population n'est pas assez conséquente. 

Un pêcheur sachant pêcher

Donc c’est en pleine connaissance de cause que le pêcheur va partir en mer, à bord de son bateau, et donc il va savoir précisément ce qu’il peut faire et ce qu’il ne doit surtout pas faire. Le respect de l’environnement marin est la condition pour qu’il puisse s’adonner à sa passion aussi longtemps qu’il le souhaitera. Car en cas de non-respect des populations de poissons évoluant dans sa région, un beau jour plus rien ne sera possible car les poissons auront tout simplement disparu Là le pêcheur ne serait pas le seul à en subir les conséquence, et il le sait.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *