Par pitié, ne croyez pas tout ce que vous pouvez lire

Par Rodolphe Bertranne le 22 avril 2016

Voilà que le monde devient fou !

C’est un peu ce que je me suis dit lorsque j’ai vu ou plutôt lu, tout autour de ce qui se disait sur une pseudo affaire IAG. Avant tout, il faut savoir en premier lieu qu’ IAG est une assurance qui jouit d’une réputation plutôt honorable dans le milieu et que j’en suis cliente depuis plus de 10 ans.

Alors je peux vous assurer que je connais l’entreprise et surtout toutes les offres qu’elles proposent puisque je les décortique à chaque fois qu’elles sortent où qu’il y ait des réformes afin d’en tirer le meilleur parti !

Alors, je peux vous assurer que lorsque j’ai entendu parler sur le net d’une histoire de plainte, je me suis vite intéressé à l’affaire pour voir un peu ce qu’il en était ! Mais je ne m’attendais pas à lire autant de stupidité à l’encontre de cet assureur qui ne méritait pas ça !

Des personnes aux intentions bien définies

Lorsqu’on lisait tout ce qui se disait sur une pseudo arnaque de cet assureur, on comprenait de suite que le ton de message n’était pas vraiment voué à alerter ou à informer, mais bel et bien à salir la réputation de l’entreprise. On ne parle pas de problèmes ou de solution, mais bel et bien de pratiques honteuses.

On dit les choses sans les appuyer, sans les prouver, leur donnant un vrai sens de calomnies alors qu’on laisse juste le pouvoir médiatique du net faire son travail pour propager la fausse rumeur au travers des personnes crédules qui n’iront jamais vérifier l’information. Mais je le dis et le redis souvent, le net étant un principal vecteur de bêtises et de mensonges, il faut toujours bien faire attention aux messages et aux articles qu’on partage, car nous devenons facilement un maillon de cette chaîne de propagande, sans le vouloir vraiment et surtout sans nous en rendre compte !

Combien de fois avez-vous déjà partagé sur votre mur un article dont vous n’aviez pas vérifié la source au paravent et qui s’avérait être un hoax ? Et bien au moins une fois…et c’est forcément une fois de trop !

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *