Le bassin des Enfants dorés de Versailles remis à neuf

Par Arnaud Narivelo le 30 août 2018

Le bassin des Enfants dorés est connu pour ses 8 chérubins sur leur rocher qui font partie des plus beaux vestiges du Théâtre d’eau du palais de Versailles. Ravagée par la tempête de Noël 1999, l’île aux enfants ne fut qu’un champ de ruines avant de bénéficier d’un programme de remise à neuf financé par de généreux donateurs.

Une collaboration efficace entre mécènes et experts

Sept ans après la catastrophe, en 2016, l’architecte en chef des monuments historiques, Pierre-André Lablaude et la direction du patrimoine et des jardins du château de Versailles ont mis en place le projet de restauration. Le budget prévu pour l’ensemble des travaux s’élevait à 600 000 euros dont la moitié a été prise en charge par la Fondation BNP Paribas. Le bassin a été examiné sous toutes les coutures pour mémoriser ses formes et caractéristiques esthétiques, mais aussi afin d’en améliorer l’étanchéité.

En ce qui concerne les opérations de restauration proprement dites, un radier composé de béton et de briques a été créé par les maçons de l’atelier H. Chevalier. Cette infrastructure a ensuite été recouverte d’une surface en plomb par les fontainiers du château avec la participation de la société Gallis. Les spécialistes des fontaines ont également refait le réseau hydraulique de la pièce d’eau. Enfin, treize tables de plomb laminé destiné au bassin ont aussi été fournies par le mécénat de compétence de la société D’Huart Industrie.

Les « chérubins » ont reçu un traitement spécifique

Le rocher et ses enfants dorés ont été transportés dans l’atelier de fonderie de la Fondation de Coubertin dans la vallée de la Chevreuse. Les travaux de rénovation nécessitent quatre tonnes de plomb et d’armature. Vincent Chouachi, chaudronnier de son état, procèdera au nettoyage de l’île aux enfants par hydrosablage afin d’en retirer le calcaire et les peintures anciennes qui ont recouvert le métal. Il est aidé dans sa tâche par Aymeric Cécillon. Tous deux retireront les trois couches de peinture recouvrant la surface des statues.

Entre temps, Laura Mey a travaillé avec patience et passion pour découper 4 000 feuilles d’or destinées à recouvrir les petits corps ronds des enfants. Les morceaux de métal ont ensuite été peints à la main par Olivier Noël afin d’obtenir une peinture « au naturel ». L’ensemble des opérations aura duré quatre mois. 120 mois au bout desquels l’île aux enfants a retrouvé toute sa beauté d’antan. Elle a été déposée au milieu du bassin par une grue.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *