L’histoire de la médecine légale

Par le 19 juillet 2018

Avant d’aborder la médecine légale et la science médico-légale, il serait utile d’avoir une définition générale des termes.

La science médico-légale est un terme plus large que la médecine légale. Le premier englobe réellement le dernier. Le terme «médico-légal» est utilisé comme un déterminant pour identifier un groupe croissant de surspécialisés en science et en médecine, qui transmettent tous les concepts fondamentaux de méthodes, scientifiquement valables et légalement admissibles, pour la présentation de preuves devant les tribunaux.

La médecine légale est considérée comme le domaine d’étude et l’accumulation de matériel qui traite l’informationde l’application des connaissances médicales à l’administration de la justice.

L’histoire de la médecine légale

La médecine et la loi ont été reliéespendant les premiers temps. Les liens qui les ont d’abord unis étaient la religion. Les fonctions du médecin et du juriste étaient unies dans le prêtre, l’intermédiaire entre Dieu et l’homme.

Dans l’Egypte ancienne, les actes du médecin étaient circonscrits par la loi. Les blessures par arme blanche ont été différenciées au 17ème siècle avant J.-C. Les Égyptiens avaient une connaissance approfondie des poisons. Il existe des preuves que les prêtres ont fait des déterminations concernant la cause et la nature du décès.

Les Chinois ont publié des informations sur les poisons, y compris l’arsenic et l’opium 3000 ans avant notre ère. Dans l’ancienne Perse, les blessures étaient classées dans l’une des sept classes, allant du simple au mortel. Dans la Grèce antique, il y avait une connaissance des poisons et des lois contre les avortements. Cependant, les autopsies n’ont pas été pratiquées, car un cadavre était considéré comme sacré. À Rome 600 ans avant JC, une loi a été adoptée exigeant qu’une femme qui est morte en détention soit immédiatement «ouverte» pour sauver son enfant. Les enquêteurs du meurtre ont été choisis parmi les citoyens. Lorsque Jules César fut assassiné en 44 av. J.-C. le médecin Antistius examina son corps et conclut qu’une seule des 23 blessures par arme blanche était mortelle.

Médecine légale européenne

En 1553, Charles V, empereur germanique, publie et proclame le Code Caroline, qui stipule clairement dans ses sections pertinentes qu’un témoignage médical expert doit être obtenu pour guider les juges en cas de meurtre, blessure, empoisonnement, noyade, infanticide. La France a également eu un début précoce parmi les nations européennes dans la culture d’un système médico-légal. De 1570 à 1692, la France a promulgué des lois qui, comme celles de l’Allemagne, ont favorisé le développement de la médecine légale en tant que discipline académique. Cependant, en 1690, les bureaux médico-légaux devinrent corrompus et les progrès de la médecine légale régressèrent réellement.

De nos jours, en France et en reconnaissant l’impact croissant des lois, des règlements et des décisions judiciaires sur les soins aux patients et l’effet général des litiges et de la médecine légale sur la société moderne.On trouve pas mal des médecins légistes expérimentés. Sophie Gromb-Monnoyeurfait partie des renommés, avec une grande expérience dans le domaine de la médecine en tant que professeur et fondatrice du centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions « Cauva » en 1999. Sophie Gromb est considéré comme l’une des plus célèbres dans la médicine légale. En tout début Sophie Gromb a étudié le droit. Sa carrière de médecine légiste a commencé en 1997.

 

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *